Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

Vous prendrez bien une tasse de thé ? (la longue nuit de Mr Jour)

21 Février 2021 , Rédigé par la tortue à plumes Publié dans #2021, #concours, #13e concours GENS DU MONDE, #la longue nuit de Mr jour

 
"des hommes boivent le thé, ce thé qui devient lumière dorée dans le corps." Jacques Laval (Les degrés du coeur)
 
Dedans le jour, dehors la nuit… je ne sais plus très bien
Réveil prématuré dès potron-minet, 
découvrir que la nuit a basculé vers un nouveau jour.
Premier rite sans lequel rien ne pourra exister : "a nice cup of tea"
Lequel choisir ?  
Un Assam d'Inde, son préféré ?  ou un thé bleu ou blanc.. 
Trop tôt, elle opte pour un Ceylan, pas un Lipton, même si grâce à lui...
non, un orange pekoe réservé de préférence à l'après-midi. 
Délicatement,  dans la théière en porcelaine, elle dépose le thé puis l'eau de source  chauffée au degré près : rien n'étant plus important !
Aussitôt, les petites feuilles cuivrées se déroulent en un ballet gracieux faisant frissonner l'eau de plaisir.
 
Plus tard, on verra 
Pour l’instant, envoûtée et emportée par l'exhalaison du thé et la fumée translucide s'envolant de sa tasse, des noms se percutent : Bentota, Colombo, Kandy ; et des parfums de cannelle, d'épices, et  de frangipaniers ensorcelants, 
tandis qu'une musique rituelle, aux percussions entraînantes, lui donne envie de danser. 
 
Confusément tout se bouscule dans sa tête,
Elle boit lentement une nouvelle gorgée.
 
Aéroport de Colombo, moiteur et chaleur : petite déconvenue, la valise est restée à Paris.
Il faudra attendre quelques jours pour la récupérer. 
À Bentota, dans un très bel hôtel, entouré de flamboyants, au bord de l' océan indien majestueux et  de plages infinies de sable doux et blanc, ils gagnent leur chambre, à l'immense lit à baldaquin. Agacés par un ventilateur sonore qui brasse poussivement un air humide et pesant, ils portent, résignés,  leurs vêtements de voyage,
nargués par un gecko en équilibre sur le pommeau de la douche.
 
Des boutiques internationales, dans ce petit village balnéaire ?  que nenni !
il y a bien des vendeurs de noix de coco, mais pour trouver une brosse à dents et une petite culotte, pas évident. C'est ainsi que pendant quelques jours, de jolis saris en batik les vêtent. Peut-être en reste-t-il un dans un tiroir ?
 
Assise dans son fauteuil, elle pose sa tasse et prend une grande respiration
et réalise que la première île qu'elle a aimée se rappelle à elle.
 
Elle se souvient :
des déjeuners du dimanche et son incontournable curry noir puissance atomique,
des petits déjeuners déroutants, 
des ananas frais qui jutaient sur ses doigts et du thé noir ensorcelant,
des éléphants doux à caresser et des lourds varans, rescapés d'un vieux monde, au bord des chemins de terre rouge, mais pas un seul mouton.
de l'arak ambré à l’arôme subtil, qu'ils sirotaient, tandis que le  paon, maître des lieux, fier de sa magnifique roue déployée les saoulait de ses  "léon" intempestifs !
de Ratnapura, la ville des pierres précieuses .
 
Que la voix de mon père me trouve enfin
j'ai fini mon thé, et  papa ne fera plus jamais mon café…
 
Papa !?  j'étais partie dans mes souvenirs et je t'entends chuchoter mais je ne te comprends pas ?
Tu veux terminer le voyage avec moi ?
Tu étais un peu inquiet à notre départ, le tourisme moderne balbutiait.
 
Viens, je te fais une petite place dans ma tête, finissons ensemble le voyage  :
Je me souviens aussi 
d'un après-midi au bar de l'hôtel Galle, je me serais crue en 1880, théière en argent, tasse en porcelaine fine anglaise, serveur en livrée immaculée, petits toasts au concombre, encore une autre facette du monde, l’époque coloniale révolue, contraste avec le "petit peuple" pour qui les touristes étaient riches. Ce n'était pas faux !
d'un jeune garçon qui nous avait invité,  dans une cahute de tôles, sous les cocotiers, "son" chez lui, petite inquiétude quand même, 
et puis non, joli moment, autour d'une noix de coco partagée.
Ah oui, c'était avant l’enfer du covid, on prenait de la Nivaquine, mais on voyageait librement.
 
Je me souviens avoir :
escaladé, en défiant la peur et le vertige,  le rocher du lion de Sigiriya. Un des plus fabuleux souvenirs de ma vie,
été fascinée par le grand bouddha de Dambulla,
été amusée par les pêcheurs de Trincomalee, au sourire édenté, et leurs « paquebots », nom donné par dérision à leurs petits bateaux, 
pris le train, à travers un paysage où toutes les nuances de vert se répondaient, pour rejoindre Kandy et les plantations de thé, 
vu certains plants de thés dévastés par la "tordeuse" une chenille à la chrysalide jaune.
 
À 7500 kilomètres, Ceylan était mon premier voyage dans l'Océan Indien.
Un choc émotionnel et culturel. Les prémices de ma passion pour les îles.
 
Papa, je suis désolée, Il n'y a plus de sortie de secours, tu es définitivement parti, les vapeurs de thé envolées, ne reste qu'une tasse vide et froide comme ta main lorsque je l'ai touchée pour la dernière fois et que ma vie a basculé.
=====
 

"Grand Prix souvenirs"

 

Le grain de sel de la tortue :
Cette édition a le petit quelque chose en plus...
Le nombre de participants, les thèmes toujours renouvelés et pour lesquels on se dit à chaque fois que le niveau est de plus en plus haut ! Avant il y avait eu, le thème
avant il y avait eu la recherche d'idées, de souvenirs, du plus petit au plus beau, des souvenirs en couleurs, en musiques, en parfums, en rythme elliptiques.
Et puis le texte est parti, toujours au dernier moment, mais  parti...
Et puis il y eut l'attente, la même pour la 13e édition que pour les autres 9 années de participation précédente au concours.
=====

• écrire, éditer... adhérez ! assoc. Gens du monde – épingle à nourrice éditions www.editionsepingleanourrice.com

Chers toutes et tous,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que vous êtes lauréat de l’une des catégories de notre 13e concours d’écriture 2020-2021 sur le thème APRÈS LA NUIT. (Cf. liste ci-après)

J’aime l’idée que la création littéraire et l’imaginaire permettent de réfléchir, transmettre les valeurs universelles du respect de l'autre, de la nature, la vie en société, la liberté intérieure, la création et, si important en cette époque difficile, la résilience... C’est ce qu’ont accepté de réaliser les 572 participants de notre 13e concours d’écriture autour de 10 mots, 3 incipits et 4 musiques sur le thème Après la nuit en partenariat avec Gens du monde et la radio ACCENT4. Un immense succès, fictions, contes, poèmes, fragments, souvenirs... Ont été livrés des textes inventifs, forts, imagés, poignants. Parmi ces 572 participants, ont été nommés un 1er Grand prix 1er nommé avec félicitations, 6 Grands prix, 7 prix ou mentions pour chacune des 6 catégories, 23 coups de cœur dont 7 nommés et 16 mentions - et 34 finalistes nommés avec encouragements. Chacun de vous a imaginé son jour, sa nuit, son « après », avec ses joies, peines, attentes, souvenirs et espoirs. Vos écrits à tous constituent une capacité de renaissance qu’il nous semble essentiel de mettre en avant dans le recueil des textes qui va paraître, cette année encore plus particulièrement.

Nous vous recommandons la plume remarquable du jeune écrivain nommé 1er Grand prix, un étudiant Rouennais pour lequel nous augurons une future grande carrière littéraire. À suivre absolument. Il est d’ailleurs important de noter que, pour cette 13e édition, les jeunes sont en grand nombre au rendez-vous. À noter aussi le canevas original et saisissant de la jeune auteure du Grand prix de poésie.

Tous les textes sont de grande qualité, vous avez su sublimer les circonstances difficiles que nous vivons. La véritable résilience se situe là exactement, dans les mots apprivoisant chaos et enfermements ; dans la liberté retrouvée, attendue, chérie... Bravo à tous ! Notre équipe et le jury encouragent sincèrement les finalistes pour chacun desquels nous avons pris la décision exceptionnelle de publier aussi un extrait de son texte.

Étaient au jury : 2 éditrices, 2 responsables de bibliothèques, 2 écrivains, 2 animateurs d’ateliers d’écriture, 1 infirmière et 1 musicien professionnel - grands lecteurs. [...]

Titre : La longue nuit de Mr Jour – 272 pages – corpus papier bouffant – couv couleur – format poche 12x18 Réservations suppl. https://www.helloasso.com/associations/association-gens-du-monde/adhesions/acdc Nous étudions les possibilités budgétaires pour y arriver cette fois encore. Nous vous tiendrons au courant. Ne lâchez pas, ne lâchez jamais cette voix-voie précieuse de soi, en soi. Et nous attendons le retour de vos mots, émotions, imaginaires, pour le prochain thème et notre 14e concours 2021-2022.

Véronique Sauger éditions GdM .ene concours & ateliers

=====


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article