Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

déjà 2013

Publié le 4 Janvier 2013 par la tortue à plumes in pastilles de vie

IMG_0049.jpg

Une de finie, dix de retrouvées, ou du moins des dizaines encore potentiellement vivables.

Respirables ? À voir.

Une chose à la fois

Une année s'en est allée.

Elle laisse des traces, sur la balance qui s'affole, dans la cave qui s'est quelque peu asséchée, dans le frigo avec les restes à consommer rapidement pour ne pas gâcher et qui ont perdu une sorte de magie illusoire, sur les visages un peu bouffis et fatigués d'avoir voulu s'amuser, en profiter et qui souvent au fond de leur âme n'en pensaient pas une larme ! c'est ainsi. Je ne fais pas exception.

Un réveillon à deux comme beaucoup dans le calme du foyer, en fait il était moins triste à deux qu'à trois. Jusqu'au dernier moment on n'a pas su et puis ouf ! pour le décompte final deux ! c'était bien. Chacun la saison de sa vie.

Finir le saumon (souvent moins cher que le jambon, et pour le même prix le mercure est fourni en abondance) le foie gras, le champagne, le caviar et je ne sais trop quoi encore. Chacun son frigo, chacun ses restes. Qui sait mon frigo est peut-être aussi désespérément vide et désolé que la banquise ? chut, ne dis rien petit pingouin, reste sage encore un peu derrière la bouteille éventée de champagne. Ne dis rien, bientôt tu pourras ressortir et aller vagabonder, pour l' instant je te garde près de moi. Ah ?! tu n'es pas un pingouin, un vrai, tu n'es qu'une enveloppe d'aluminium sous laquelle se cache un moulage de chocolat blanc. Et pourtant, j'y avais cru, j'avais vu tes petits yeux pétiller. Je dois être bien fatiguée de ces journées de "fêtes" sans lumière. Un jour j'essaierai de me souvenir pourquoi cette période est censée être belle et heureuse. J'ai bien une petite idée, mais il ne faut pas trop creuser, la réalité serait trop cruelle ou qui sait très belle. Provisoirement, je vais laisser la poussière sous le tapis ! plus tard ou jamais.

Mon imagination de petite fille fonctionne encore, je vois des jolies choses, je crois au miracle, je crois au bonheur, je crois aux pingouins dans mon frigo. Tout est donc normal. Et si en fin de compte je croyais encore au père Noël ?

 



Commenter cet article