Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

9 h 47 le jour d'après les pigeons

Publié le 27 Mai 2012 par la tortue à plumes in pastilles de vie

 

Rien n'a changé. Le soleil me réchauffe toujours, même trop ! je me suis mise à l’ombre. Jamais contente.

Le calme, les oiseaux et les pigeons. Hier soir, de son œil vide, il m'a toisé ! lui ou elle ? Je lui ai parlé, je n'avais pas touché au nid ! comment tuer la vie qui arrive ! et puis je pourrai peut-être apprivoiser les petits ! même pas en rêve, le souk dans le jardin ! et Chipie qui leur ferait la chasse ! des oisillons si frêles, pourtant, j'aimerais bien les voir faire leurs premiers essais, les entendre pépier, comme un renouveau, comme la vie qui va son chemin. On verra. Le dilemme.

Ma rose lutte, contre son temps de rose, elle a baissé la tête, l'eau gentiment dispensée hier soir, à ses pieds, n'y fera rien. Son destin, sa richesse, sa force est la brièveté de sa vie. Profiter de cette vie, se remplir les yeux encore et encore, humer les roses et leurs parfums si divers.  D'autres ont déployé leurs corolles veloutées, la vie du jardin continue.

Comment être malheureux devant cette profusion de couleurs naissantes, de renouveau cyclique et bienveillant.

Bientôt dans le jardin, il y aura des groseilles, et des petites tomates. Ma joie est là. Ma joie existe. Bribes de bonheur.

Pigeons, profitez de ma clémence, de mon indulgence.

Il y a pire drame dans la vie que votre présence.




Commenter cet article