Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

ne pas se rendre - TGV 8717

Publié le 23 Avril 2015 par la tortue à plumes in humeur de tortue

Il y a un an jour pour jour
Je n'avais pas aimé
Je basculais irrémédiablement dans la case senior avec son cortège d'avantages, mais surtout de frustrations
Quelques réductions par ci par la qui ne suffisaient pas à apaiser ma colère et ma tristesse de rentrer dans cette catégorie
Non seulement abonnée et retraitée et en plus senior
Il m'aura fallu un an pour que petit à petit j'en prenne mon parti et que je compose avec cet état de fait que je ne peux que constater et surtout défier
Ne pas se laisser aller
Ne pas abdiquer
"ne pas se rendre" comme dit Thierry ! jamais
Aller de l'avant
Regarder demain mieux qu'hier
D'ailleurs en mettant le nez dans le rétroviseur il y a beaucoup de choses que j'aimerais gommer.
17 avril dit mon état civil
C'était un jour de Pâques
Il faisait chaud à Paris
J'ai déjà raconté, dans ses espadrilles, maman avait fait comme il était de coutume à l'époque l'inauguration de la foire du Trône qui avait lieu chaque samedi saint.
Maman était rentrée fatiguée, mais je devais encore rester quelques jours au chaud dans son ventre, nageant tendrement dans le liquide amniotique dans une douce sécurité ouatée loin des bruits de la ville.
Est-ce l'effet de cette longue marche, la nuit fut difficile, les contractions arrivèrent, et il fallut se rendre à l'évidence, ma sortie vers le monde extérieur se profilait inexorablement.
Il en fut ainsi le dimanche vers 9 h et 1/2 à la maternité de l'hôpital Rothschild du boulevard de Picpus dans le 12ème.
Quartier que je ne quitterai que cinquante ans plus tard.
Le passé ressurgit, il faut aller de l'avant certes, mais ce n'est qu'un fait, ni un remords, ni un regret.
Et d'ailleurs, ce n'est pas un souvenir puisque même si je l'ai vécu, j’en ai été spectatrice, ou quelque chose du genre. Aujourd'hui, toutes ces années passées, je regarde devant moi, je rêve mon avenir et j'essaie quoi qu'il en coûte de me projeter et avancer vers un nouvel avenir.
Aujoud'hui 17 avril. Une année de plus me tombe sur la tête. Je m'étonne, je ne suis pas chonchon, je ne suis pas énervée, je ne suis pas triste. Je crois que tout ce que j'ai réalisé pendant ces quelques mois m'ont galvanisé et me poussent à continuer vers ce qui est un de mes grands bonheurs : écrire sous toutes ses formes et partager ; un programme que j'aime par-dessus tout.
Et puis, chose très troublante et infiniment sympathique, depuis hier je reçois des messages comme jamais je n'en avais reçus. Des messages très personnels qui m'émeuvent beaucoup, moi, la petite violette des sous-bois, un peu timide malgré mon extravagance de façade.

Alors, pour tous vos messages qui m'ont touché au plus près de mon coeur, je voudrais juste vous associer à ce billet et vous dire combien vous m'avez fait plaisir de prendre ces petites minutes pour me souhaiter un joyeux anniversaire.
Je sens que ce sont des présages heureux, ma gourmandise attend de voir concrétiser de jolis moments tout au long de ces 365 jours pendant lesquels mon chiffre sera le 66.
Merci mes amies, mes amis, ma famille.
Toute mon affection, je vous souhaite à vous aussi le tout meilleur.
Et bien entendu pour finir, un coucou particulier à tous mes béliers préférés : que l'année vous soit douce et heureuse.
La tortue qui va fêter un autre bélier dans sa Bretagne, un ami et surtout plus de toujours...
Dis Serge pourquoi changes-tu de dizaine ? Je ne l'avais pas vu venir ?
TGV 8717 - Direction Auray ! j'arrive !
=====
photo personnelle ERC ©tous droits réservés

photo personnelle ERC ©tous droits réservés

Commenter cet article

marie-josee cartier 23/04/2015 14:51

et oui come toi chère Tortue, je voudrai que ça s'arrête à la dizaine 6 !

la tortue à plumes 23/04/2015 15:01

Chère Marie Josée, que dire ? souhaitons nous quand même d'enchainer dans les meilleures condtions les dizaines qui nous attendent, enfin j'espère ! et que je nous souhaite. Merci de ta lecture.