Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

excitation

Publié le 18 Septembre 2013 par la tortue à plumes in pastilles de vie

Comme une puce ou comme un cabri

Je saute, je virevolte, je danse,

Je ne me pose pas de questions.

Patiente un peu !

Ce n'est pas encore signé

Vendredi quand il aura les clefs

Tu pourras danser

Tu pourras pleurer

Il restera quelques jours

Il restera quelques semaines

Le temps que la peinture sèche

Pour retenir le temps

Pour en profiter

Quel vilain mot

Pour partager :

C'est un plus joli mot

Et puis, il fermera la porte

Il partira avec les clefs

Il laissera les clefs…

Dans l'entrée !

Et il ne reviendra plus y coucher

C'est ce qu'il faut lui souhaiter

Il y a si longtemps que je l'écris

Que je le pense

Que je l'attends

Des tentatives

Des renoncements,

Ce très long séjour à San Francisco

Un retour hypothétique

J'y vais

J'y vais pas

Enfin, j'y vais

Il faudra attendre vendredi

Signature, clefs…

Chacun chez soi

Chacun sa génération

J'aime le lieu

Il m'a plu

Je pourrais y habiter

Cosy, calme, zen

Un quelque chose de rassurant

D'apaisant

De plaisant

notre adresse juste avant

Les souvenirs

Il y revient, c'est bien,

on y était bien ?!

Me préparer aux chamboulements

Une nouvelle liberté

Réapprivoiser l'espace

Ressortir le t-shirt

Ranger le pilou !

Vivre tard

Faire du bruit

Ou rien du tout

En attendant, ma vie revient

J'ai tant de décennies de moins

Pas un cheveu blanc ! non, çà c'est faux !

Ils étaient déjà là, insidieusement cachés.

L'élixir de jeunesse

Le bonheur par procuration ? !

Je ne peux remonter le temps

Je ne veux pas revivre tout ce temps

Pourtant, j'échafaude

La peinture par coquetterie

L'installation, les achats

Quand je suis partie,

Autre époque…

Pendant des semaines, j'avais accumulé sous mon lit,

Mon butin, pour le jour J du départ

Je ne pouvais rien dire

Un soir je suis partie

J'ai dit :

"je ne rentre plus"

violence des mots

il n'y avait pas de discussion

même avec le temps…

elle n'aurait pas compris

j'aimais trop pour raisonner

j'aimais trop pour expliquer

elle avait ses raisons

je ne pouvais les entendre

je ne voulais les comprendre

j'ai choisi

Nous en reparlons

Notre premier appartement

Un matelas pneumatique pour lit

Des caisses à oranges pour meubles

Une table de camping pour recevoir

Une gazinière récupérée

Un frigo ? pas tout de suite…

Une cantine pour les vêtements

C'était bien, nous étions heureux

Nous étions follement amoureux

Trouver un appartement est plus compliqué ?

Certainement

Plus cher

Certainement

Mais…

Un vrai lit

Des vrais meubles

C'est mieux

C'est pire ?

Qu'importe !

Surtout le savoir heureux

Avoir des projets

Que demander de plus ?

À ce stade : rien

Tout est bien

Plus tard, ou pas, soir après soir,

Savoir qu'il ne rentrera pas…

C'est la vie

C'est sa vie

La mère que je suis, a priori, va pouvoir lâcher

Se lâcher ?

Lâcher quoi !

Tout un programme

Je le garde pour moi

Je n'en vois que des contours flous

Mais je sais…

Une page se tourne

Le livre n'est pas fini

Tant de pages restent à écrire

Tant de pages restent à lire

Tant de pages restent à vivre

excitation
Commenter cet article