Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la tortue à plumes

Encore une fois,

Ce rêve, le même

Comme toujours,

Le rêve du matin

Le rêve qui colle à la rétine,

Le rêve qui colle à la peau,

Se secouer pour en faire tomber les lambeaux,

Oublier,

Impossible,

Ils sont là collés, comme à la glu

Là derrière le regard,

Invisible à l'œil nu

Invisible à l'inconnu

Présent,

Omniprésent,

Paupières ouvertes

Paupières fermées

Rien n'y fait,

Là, là et là

Sa présence obsédante,

Les heures passent

Le rêve reste,

Toujours le même,

Pas vraiment,

Toujours la même histoire,

Toujours le même souvenir,

Toujours le même regret ?

Les moments vécus heureux,

La terre, le ciel, la pluie, le soleil,

Les orties, les mûres,

Le jus des fruits qui dégoulinent en petites larmes sur le menton, sur le cou

Ne pas les arrêter

Les laisser jusqu'au bout de leur course

Les pierres, les grosses pierres

La tempête,

Les trous béants,

Les murs démolis dans le froid,

Les travaux jamais achevés,

Ils sont dans ma tête,

Là encore, j'ai cru que ma vie était posée

Mais les valises sont toujours à refaire

Là ou ailleurs,

Les odeurs de confitures,

Les odeurs de moisi

Les odeurs de seringa

Les odeurs d'humidité

Les parfums dehors

Les odeurs dedans

J'ai rapporté les odeurs dans les valises

J'ai rapporté les parfums dans mes narines

Je n'ai pas digéré cette séparation

Pourtant réfléchie, voulue et nécessaire

Ne pas aggraver les mots du corps

Ne pas aggraver les maux du corps

Mais le cœur se moque des mots du corps

Mais le coeur se moque des maux du corps

Une pierre dans le cœur

Une pierre incrustée

Comme l'obus dans le restaurant à Strasbourg

Souvenir ineffaçable

J'ai essayé toutes les gommes, les pastilles

Tout, rien n'y fait !

Et le ciel s'en mêle,

La chaleur étouffante

A fait place à une bise légère et fraiche,

Téléphoner, pas le résultat escompté

Se laisser aller

Revenir vers le rêve

Vers le rêve ou le cauchemar,

Vers hier

Vers aujourd'hui

Ma vie toujours en chantier

Ma vie suspendue à…

Si je savais

Refaire la valise pour partir ailleurs

Vers…

Je crois que c'est héréditaire

Elle n'était jamais bien où elle était,

Jamais mal non plus,

Elle rêvait

Sortir, crier, hurler, pleurer, rire,

Je ne sais plus

Je suis dans ma bulle

Je suis en vacances

En vacances de quoi !

Quand le rêve t'attrape au détour de la nuit

Derrière les fenêtres closes, le vent agite la nature,

S'il pouvait entrer dans mon cerveau et chasser l'amertume

Un vrai coup de plumeau

Pas celui qui transporte la poussière, juste un peu plus loin

Et qui retombe mollement à côté

Partir, mettre les chaussures

Marcher la tête au vent

M'aérer, ne plus penser

Ou procrastiner ?

L'un n'empêche pas l'autre

Je vais improviser

encore une fois

Commenter cet article