Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

Mélanie Montpensier

Publié le 13 Novembre 2010 par fuzzybabeth in vu - lu - entendu...

La Princesse de Montpensier

 C’est étrange de constater que cette année est celle de ma rupture.. musicale avec Raphaël alors que pendant la même période mon admiration pour Mélanie Thierry grandit régulièrement.

Son rôle dans le dernier pour la route m’avait touché et j’avais apprécié ses talents de comédienne, bonne dans tous les registres des sentiments.

Dans le film de Tavernier, elle est éblouissante, jusque dans le frémissement des maxillaires lors des scènes de ripailles.

Il émane de cette jeune femme un charme, une détermination, un caractère fascinant qui me fait penser que dans quelques années elle sera une de nos plus grandes actrices et pour longtemps.

J’aime sa voix, ses rires au ton si particulier, son regard.

J’aime sa fraicheur. Par pudeur je ne dirai rien de son corps dont elle ne cache rien et qui n’a rien à envier à quiconque. Elle doit être une jolie maman dans la vie.

 

Voilà, je crois presque avoir résumé le film. Enfin pas tout à fait. Mais il est vrai qu’elle tient à bout de bras les 2h et 20 minutes, sans un temps mort, sans ennui.

Elle nous entraine dans son tourbillon, de femme et résignée et déterminée et volontaire et amoureuse et audacieuse qui prendra le temps de vouloir aller jusqu’au bout de son amour pour de Guise, qui étudiera, qui saura ce qu’est souffrir, et aimer, qui aimera les astres, la vie et la liberté, le droit d’exister, d’être elle. Et tout ceci pendant les guerres de Religion. Rien de nouveau on continue à tuer pour les mêmes idéologies, d’autres religions.

 Les décors naturels sont somptueux, la nature y est filmée avec volupté.

La plongée dans le 16ème siècle est étourdissante, et très instructive sur les mœurs. Les costumes sont à pleurer de beauté.

Une mention particulière à Lambert Wilson. Parfait dans son rôle.

Moi qui n’ai une passion pour les chevaux que très relative, je les ai trouvé magnifiques, intelligents, dignes de respect. J’ai aimé les longs plans lors des traversées de rivières. Le Grand Ouest ! en mieux.

Tout est volupté, passion. Tous les ingrédients cohabitent, la jalousie, d’un mari falot, la trahison, le pouvoir, la condition de la femme, la violence envers elle. Enfin la vie d’hier et d’aujourd’hui. Ce film est intemporel même si les décors sont d’un autre temps.

Il est d’ailleurs très surprenant que le ton du film ait pu être tourné par un homme. Tant il y a de finesse même dans les scènes les plus violentes.

 Un petit bémol, les premiers plans de champ de bataille, pas pour les morts, mais pour les travelling qui m’ont un peu donné la nausée et inquiétés pour la suite, sans raison en fin de compte.

 

Que la vérité historique ne soit pas tout à fait le film. Peu m’importe. Je n’ai pas lu la nouvelle de Madame de La Fayette.

J’ai vécu deux heures sur la planète de Mélanie Thierry grâce à Bertrand Tavernier, deux heures de bonheur. J’en suis ressortie la tête pleine de belles images.

un super jeudi, un super vendredi. La vie est belle.

Commenter cet article