Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

la première fois que j'ai eu chaud

Publié le 10 Février 2013 par la tortue à plumes in projet Paparemborde

Bonjour Paul,

Mon souvenir de première fois que j'ai eu chaud ne ressemble pas à des sensations de soleil ou d'eau bouillante.

Quelle coïncidence, comme toi mon premier souvenir de chaud est lié au froid et à la peur.

Les premiers réfrigérateurs arrivaient d' Amérique, chez nous c'était un Frigidaire couleur jaune paille, ventru, très lourd, aux clayettes de verre étincelantes, installé pompeusement dans le couloir.

Les glaçons se formaient dans de jolis bacs en métal de couleur dorée.

IMG_3857.jpg***

Je ne connaissais que l'eau qui gelait dans les caniveaux, dans les fontaines en faisant des plaques de verglas sur lesquelles on glissait, et les pains de glace qu'on achetait à la glacière.

Quel émerveillement, quelle fascination pour la petite fille que j'étais, cette métamorphose de l'eau en gros cubes de glace, chez moi, à la maison.

Un peu têtue, un tantinet rebelle, c'est moi !

Si j'avais décidé que… alors je le faisais, du haut de mes quatre ou cinq ans, et pourtant avec mes petites robes blanches et ma longue queue de cheval, on aurait pu croire, comme quoi, il ne faut jamais croire…

Bref !

Maman avait décidé de faire un gâteau,

Mais un gâteau sans farine ? pas possible

Et hop ! un petit saut chez la voisine !.

C’était l'été, il faisait très chaud, une idée bizarre me vint en tête !

Je décidais de sucer un glaçon pour me rafraîchir.

Le plan semblait fonctionner à merveille, maman un peu bavarde s'était attardée chez la voisine.

Je ne savais pas encore que ce serait la première fois que j'aurais chaud, mais très chaud, jusqu'à la brulure qui me laisserait pendant quelques jours des petites traces rouges à vif sur mes petits doigts.

Insouciante, j'attrapais le bac à pleine main, et aussitôt, ma main et mes doigts restèrent collés au bac.

Hurlement ! douleur ! je ne savais pas quoi faire, alors, bêtement, je mis l’autre main et bingo, ce furent les deux mains qui restèrent collées sur le froid métal du bac. Du coup,  je trouvais le bac à glaçons beaucoup moins joli.

Les larmes coulaient le long de mes joues, je me laissais tomber par terre, les deux mains toujours collées. Après quelques secondes, trop longues à mon goût, le bac à glaçon se détacha, tomba sur ma robe, la mouilla instantanément, ma jolie robe neuve !

Maman allait s'énerver et me gronder et m'envoyer au lit

La peur, la honte, la douleur tout se mélangeait dans ma tête.

À ce moment-là, j'entendis la clef dans la serrure, maman rentrait.

Elle poussa un cri et comprit très vite, lorsqu'elle vit la porte du frigo ouverte et la buée qui en sortait

Sans pouvoir se retenir, elle me "fila" une claque, ce qui était très rare, m'attrapa et m'emmena, sans ménagement dans la cuisine.

Là, elle me passa les mains sous l'eau tiède puis me soigna.

C'est ainsi que pendant plusieurs jours j'allais à l'école les bouts de doigts emmaillotés dans des petits pansements blancs comme des marionnettes.

Malgré les questions insistantes de mes copines, je ne racontais à personne ce qui m'était arrivé. Imagine la honte.

Je n'ai jamais oublié. Quelques décennies plus tard, le glaçon n'est toujours pas mon copain, nous sommes toujours en froid lui et moi, si je puis dire ! Cependant c'est avec plaisir que je trinquerais avec toi, le choc des verres est si amical, à condition que tu n'y mettes pas un glaçon ! encore pire deux !

À te lire bientôt pour d'autres aventures.

Ton binôme



premier texte du projet



*** c'est le bac d'origine. Il a presque 60 ans et fait toujours des glaçons !
Commenter cet article