Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

la première fois que j'ai éprouvé de la fierté

Publié le 31 Mars 2013 par la tortue à plumes in projet Paparemborde

Cher Paul,

Je viens de lire ta dernière lettre pour notre projet. Je m'habituais à nos rencontres épistolaires…

Merci de m'avoir dit que tu avais écrit dans le train, je comprends mieux pourquoi j'avais un peu la nausée en lisant, je me suis sentie ballotée à son rythme ! on va dire : écriture style TGV ! T'inquiètes ! l'important ce sont les mots que tu as posés.

Ce troisième thème est très fort, car il met en marche un sentiment que parfois nous avons du mal à avouer, à maîtriser ou à accepter !

Bref ! où vais-je situer ma fierté ?

Dans mon âge adulte. Début des années soixante-dix. Un de mes premiers voyages. Un de ceux dont j'avais rêvé depuis toujours. Il y en aura d'autres, mais celui-ci était mon premier grand voyage. Ceylan. Je ne dis pas Sri Lanka, car c'était quelques mois avant le changement en 1972, et le nom est tellement plus beau, plus romantique, plus poétique. Synonyme du thé noir. Le thé ma passion.

Un petit secret, mon mug à côté de moi est rempli de thé vert chaud qui m'attend.

Je n'ai pas honte, je ne suis pas du tout sportive. Réussir soixante-dix centimètres en saut en hauteur était un exploit. Je te vois sourire ! c'est ainsi. Je t'imagine d'ailleurs sportif. On verra lorsque nous nous rencontrerons.

Donc visite de Ceylan, mer et montagne, contrastes époustouflants, entre tropique du Cancer et équateur, climat incroyable, chaud et humide. Je m'y vois encore.

Paysages fabuleux. Les éléphants, les varans, je m'égare !

Et puis Sigiriya. Une forteresse au milieu de nulle part dominant de ses 400 mètres la jungle tout autour. Lieu improbable où régna peu avant les années 500 un roi pendant une vingtaine d'années.

Forteresse inexpugnable.

Visite incontournable.

30 mètres à gravir. Pas d'ascenseur,

escaliers branlants ou taillés dans la pierre à flanc de la roche.

Des centaines et des centaines de marches

Sécurité minimum !

Oui, mais, au sommet, les restes du palais, des restes de jardins où arrivait l'eau ! et surtout…

Sur les flancs, les "demoiselles de Sigiriya". Des peintures conservées dans un état de fraicheur à te couper le souffle et à te faire venir les larmes aux yeux ! osons les mots et les émotions.

Et également une galerie de graffiti. En général je déteste les graffiti, mais pour ceux-là j'ai fait une exception.

Si tu ne connais pas, je te joins deux photos pour t'emporter dans mon rêve et dans mon souvenir de fierté.

  

Tu auras tout de suite compris que vraiment ce jour-là en redescendant de cette ascension exceptionnelle, moi qui en plus de ne pas être sportive ai le vertige, j'ai ressenti ma plus grande première fierté de ma vie.

Voilà je te laisse.

Rendez-vous le 10 avril.

Bien à toi.

 

 




Commenter cet article