Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

la Bayadère (Opéra Bastille)

Publié le 11 Juin 2012 par la tortue à plumes in vu - lu - entendu...

 

 

"Oeuvre phare de Marius Petipa, La Bayadère, ou les amours contrariées du guerrier Solor et de la danseuse Nikiya, resta longtemps inconnue en Occident. Ce n’est qu’en 1992, au terme de sa carrière et de sa vie, que Rudolf Noureev remonte le ballet, version dont seul l’Opéra de Paris est légataire." (site officiel de l'Opéra de Paris)

 

Magique : La BAYADÈRE, magnifique ballet en trois actes, déjà vu et apprécié lors d'une retransmission télévisée avec l'unique, le sublime, l’éternel Rudolf Noureev.


Quant à ce soir 27 mars 2012 :

Magique : cette fin de journée où le soleil frileux de mars, au RV, illumine les marches et la façade de l'Opéra Bastille.

Magique : le plaisir, le bonheur déjà perceptible, de la foule bariolée, de tous âges, de toutes origines, vêtue de beaux atours ou de simples jeans.

Magique : la sortie avec mon amie pour voir en "vrai" ce magnifique ballet. Comme deux gamines, nos regards pétillent en attendant le spectacle qui minute après minute se fait de plus en plus proche.

Magique : la salle si vaste, si bien dessinée et qui malgré nos places à un rang un peu trop élevé à mon gout, révèle malgré tout la scène dans toute sa dimension, et qui grâce à mes jumelles nous permettra de goûter, dans les moindres détails, le spectacle tout au long des différents tableaux.

Magique : chaque détail du décor, des costumes, chaque sourire, la finesse d'une cheville, le chatoiement des tissus, leurs tons acidulés ou plus chauds, plus forts, plus violents.

Magique : le bruit des chaussons sur le sol, des glissements qui retentissent au-delà de la musique et qui accentuent la beauté du spectacle, comme la ponctuation nécessaire pour un accomplissement total, comme des caresses ou des coups selon l'ordre du ballet.

Magique : les décors : décors de rêve, pour une évasion si salvatrice.

Magique : les costumes, les tissus, les couleurs, la richesse des uns et des autres. Eblouissement dans mes yeux de petite fille.

Magique : le talent du ballet, des danseuses, des danseurs, des rôles titre aux rôles "secondaires". Mais qu'est-ce qu'un rôle secondaire lorsque l'on fait partie du corps de ballet de l'Opéra ou de l'École de danse ? Un petit regret ne pas avoir pu voir évoluer, mais je suis gourmande ! Josua Hoffalt et Aurélie Dupont.

Magique : je n'ai pas d'autres mots qui me viennent pour ce moment privilégié que je vais vivre en apesanteur.

Magique : qu'importe l'histoire qui se déroule, la magie des gestes, le travail accompli, la fascination pour ses danseurs et danseuses qui survolant la scène de leurs pas si légers et si aériens nous transportent.

Magique : les 3 actes et les 5 tableaux. Le temps semble s'être arrêté. On se demande encore si nos cœurs battent. Oui, mais ils se font discrets pour ne pas troubler cette osmose entre la scène et la salle. Aucune préférence pour l’un ou l’autre tableau, impossible de faire un choix.

Magique : malgré quelques petites imperfections de placement, mais c'est aussi ça la magie, les artistes ne sont pas des robots ! et que comme tout un chacun ils sont heureusement imparfaits, mais, eux, tellement proches de la perfection.

Magique : l'ambiance chaleureuse de la salle, la musique envoutante.

Magique et triste : la fin du spectacle lorsque le rideau se referme. Il nous restera de fantastiques images et des sons qui pourront continuer à vivre  tout au fond de nous jusqu'au prochain ballet.

Inutile de dire que j'attends avec impatience ce prochain ballet.


 


Un peu plus :

 

 

Ludwig Minkus

Musique

John Lanchbery

Réalisation

Ezio Frigerio

Décors

Franca Squarciapino

Costumes

Vinicio Cheli

Lumières

 

Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet

Orchestre de l’Opéra national de Paris.
Fayçal Karoui :  Direction musicale 

 

Distribution du 27 mars 2012 :

 

NIKIYA

Émilie Cozette

SOLOR

Stéphane Bullion

GAMZATTI

Sarah Kora Dayanova

L’IDOLE DORÉE

Florimond Lorieux

L’ESCLAVE

Yann Saïz

MANOU

Charline Giezendanner

LE FAKIR

Sébastien Bertaud

LE RAJAH

Stéphane Phavorin

LE GRAND BRAHMANE

Guillaume Charlot

SOLISTE INDIENNE

Laurène Lévy

SOLISTE INDIEN

Axel Ibot

1ÈRE VARIATION

Sabrina Mallem

2È VARIATION

Valentine Colasante

3È VARIATION

Marie-Solenne Boulet

 

 


 

Commenter cet article