Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

l'eau

Publié le 16 Juillet 2010 par fuzzybabeth in pastilles de vie

 

Remettre de l’eau. Encore et encore. Impossible de m’asseoir tant que je n’aurai pas accompli ces gestes de vie, de survie.

Remettre de l’eau dans la Brita

Puis remettre de l’eau dans la gamelle du chien

Remettre de l’eau dans les aquariums

Remettre de l’eau pour la tortue, et pas qu’un litre !!!

Remettre de l’eau dans les orchidées, dans les plantes en pots,

Remettre de l’eau dans la machine à café

Ne pas oublier ton corps, l’hydrater, boire, et boire,

Surveiller la machine à laver, vider le lave vaisselle, encore des histoires d’eau.

 

Çà ne finira donc jamais.

Je vais tuer les poissons, manger le chien, donner les orchidées,

Je vais faire empailler le chien, acheter des fleurs en plastique, ne plus boire de café, me contenter de l’eau du robinet,

Je vais acheter des assiettes et des gobelets en carton

Je ne vais plus boire, petit à petit je vais me déshydrater jusqu’à faire « pouf » il n’y aura plus de moi, je serai desséchée, comme un petit tas de rien du tout.

C’est vrai que le quotidien m’ennuie, me désespère, me fatigue vraiment. Mon énergie est partie. J’aimerais pouvoir l’utiliser autrement, lire, sortir, flâner sur les longues plages, humer le parfum du matin, guetter fébrilement l’éclosion de mon gardénia.

Hier je croyais avoir cinquante ans, pauvre folle, tu en as dix de plus et même un peu plus encore. Qu’espères tu ? la fontaine de jouvence, elle n’existe pas, ce n’est qu’un mythe d’eau encore de l’eau.

Il a plu, tes fleurs n’ont pas aimé, il fait sec, c’est pire.

J’ai honte en fait. Cà ne changera rien, mais quand je pense à ces millions de femmes qui tous les jours de leur courte et dure vie, font des dizaines de kilomètres pour aller chercher cette eau si précieuse à leur survie. Souvent une eau boueuse, jaunâtre qui décime tellement leurs enfants. Elles sont dignes, elles ne se plaignent même pas.

Et moi qui minaude parce que ma vie est trop dure. Tais-toi donc, réjouis-toi ton robinet te déverse ton eau quotidienne. Ton corps s’en enveloppe dans des douches de bonheur, de profusion, de bien-être, de parfums de lys enivrants. Pense un peu à elles, tu supporteras mieux ton confort...

Commenter cet article