Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

Hiroshige

Publié le 28 Février 2013 par la tortue à plumes in vu - lu - entendu...

 

(l'art du voyage)

J'aime quand le mot résonne dans mon crâne.

J'avais reçu l'info avant l'exposition, pas intéressée par cette confrontation japonisante Van Gogh vs. Hiroshige.

Faire des choix sur les expos à voir, et la Pinacothèque qui excepté sa proximité avec mon cappuccino chez Fauchon et le quartier est un musée assez austère qui n'est pas de mes favoris.

Donc, zappé Hiroshige.

Et puis… une amie, un SMS : Hiroshige dans le texte, branle bas de combats dans mes neurones, Hosukai que j'apprécie beaucoup ressurgit !

Un rendez-vous à la banque sur le chemin du musée,

Un rendez-vous dans la foulée pour boire un café

Ni une ni deux, un SMS. Et si le café, etc.

Et nous voici parties dans le froid et la grisaille.

 

Deux heures à admirer ces estampes, le souffle court, traquant le détail, la courbure d'un arbre, un somptueux cèdre, des pins pour protéger du soleil,

Des verts improbables, des blancs dont nous cherchons encore le mystère, des bleus, bleu de Prusse qui vient d'arriver au Japon, couleur d'une force inouïe explosant à chaque planche.

hiroshige.jpeg

Des cadrages de photographe !

luxuriance des paysages

Les personnages qui ne sont là qu'en décor pour magnifier le paysage, dans le mouvement, en prise aux conditions climatiques, le soleil, la pluie, la neige ou leur activité.

Jamais immobiles, en action, vivant devant des paysages tourmentés ou apaisés.

Des oranges, des ocres, des rouges "chinois" tout en douceur, tellement loin de la puissance des rouges italiens du 15e siècle.

Des paysages, le mont Fuji et d'autres, le Japon dans tous ses registres.

Les mers, les fleuves qui sinuent, qui s'insinuent dans les paysages,

Des chevaux à la croupe altière

Des chiens très potelés

Des kirins, des grues

Des palanquins

Des salons de thé

Des chaussures en paille de riz ; deux jours et hop, on passe chez le marchand et on en achète une nouvelle paire, des ombrelles, des parapluies,

Des averses de pluie qui zèbrent l'estampe

Des bateaux, des ponts longs, longs

Des régions différentes et tellement identiques

Des noms que l'on ne comprend pas

Edo pas encore Tokyo

Hiroshige fils de samouraï, samouraï, pompier qui prendra sa retraite à 27 ans, mort à 62 ans en 1858, suite à une épidémie de choléra.

Maître de l'estampe ukiyo-e et contributeur important à l'évolution technique et artistique de la xylogravure, d'où l'impression de "modernisme".

Le Japon du début du XIXe siècle, celui des villages, tel que notre imaginaire se le représente encore.

 

Le petit Tokaido

 

IMG_3911.jpg

Le guide Michelin, le guide du routard… c'est un peu cela

Le petit Tokaido qui va le rendre célèbre représente cinquante trois étapes, le trajet de la route, de 1832 à 1834, entre villes et villages entre Edo et Kyoto, fut pour Hiroshige sa passion, comme le Fuji pour Hokusai.

Et puis tant d'autres merveilles…

Je n'irai pas plus loin au risque de mal traiter l'œuvre, moi qui ne suis que profane.

Je me contenterai de l'émotion qui m'a envahie à la vue de cette exposition tant le sentiment d'admirer une œuvre sincère empreinte de conviction était présent.

IMG_3906-copie-1.JPGUn clin d'œil personnel pour son estampe à "la tortue suspendue" et surtout la découverte des "yatate" (petit nécessaire à écriture – tout-en-un) surtout celui exposé avec le couvercle en forme de tortue.

 

Pour 2013, même si l'année ne fait que commencer Hiroshige restera dans ma mémoire par la sérénité, la quiétude apparente, la force, tous ces éléments qui se dégagent de cette œuvre.



 

description

 

Yatate

In Japan the yatate eventually replaced the ink stick and grinding stone for outdoor use since the Kamakura period (from the 10th century). They are usually made of metal and contain a Japanese bamboo brush and an ink pot filled with cotton or silk which holds liquid sumi ink. The yatate is still used by calligraphers and artists in Japan and around the world, and they are definitely classy if you can find one. Although the yatate was the only portable ink writing and drawing tool for centuries, most Japanese don't even know what a yatate is now. In old Japan they used to tuck these in their waist sash (obi). (http://www.stutler.cc)

 

 

 



Pinacothèque de Paris

 

Commenter cet article