Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

Alice au pays des merveilles

Publié le 21 Mai 2010 par fuzzybabeth in vu - lu - entendu...

Avec Sleepy Hollow et Charlie et la chocolaterie, je suis devenue une inconditionnelle du binôme Burton/Depp. L’imagination de l’un, la folie de l’autre, me réjouissent. C’est donc avec impatience que j’attendais la sortie d’Alice…

Après Avatar, je me suis dit qu’il était inutile d’aller voir le film en 3D et même en VO, ceci surtout lié à une grande paresse puisque le film passait dans mon quartier en VF.

Je ne regrette pas mon choix. Je me rattraperai pour la VO lors de la sortie du DVD. Pour la 3D, Avatar a tellement été un choc, qu’il va falloir attendre un peu pour que je replonge.

D’ailleurs pendant le premier ¼ d’heure du film je n’ai fait pratiquement que des comparaisons avec Avatar. Plutôt positives les comparaisons.

Je n’avais pas aimé le livre de Lewis Caroll. Un livre à couverture de faux cuir rouge  avec une image d’Alice au milieu. J’avais du le recevoir comme prix à une distribution de prix dans les années 60, temps que les plus jeunes ne connaissent pas.

Plusieurs fois, j’en avais commencé la lecture mais à chaque fois que la chute dans  dans le terrier du lapin : plus rien – stop final. Cette histoire me paraissait tellement invraisemblable et effrayante que je renonçais à poursuivre.

Ce n’est donc pas cette  motivation du joli souvenir qui m’a poussé à aller voir le fim, mais juste Burton et Depp.

Et évidemment, je n’ai pas été déçu, tout y était – les ingrédients pour faire un film à la Tim Burton, quant à l’histoire si elle a été revisitée, je n’en n’avais rien à faire.

Je me suis plongée dans le film avec gourmandise, comme une gamine j’ai suivi le lapin, débarrassé le hérisson de ses liens, pleurée avec le pauvre toutou, aimée la liberté d’Alice face à toutes les convenances.

Moi qui me plains toujours que les films sont trop longs, comme par exemple Shutter Island où 20 minutes de moins n’aurait rien enlevé à la qualité du film, dans celui ci un petit quart d’heure de plus  m’aurait bien plu.

Par contre : 1)je n’ai pas aimé qu’il faille attendre 30 minutes pour voir enfin Johnny Depp, je sais c’est l’histoire, mais sur 1H49, on doit le voir à peu près 50 minutes, c’est trop peu alors qu’il est, la tête d’affiche, je trouve qu’il fait un somptueux second rôle. 2)Je n’ai pas aimé non plus, pour le coup la vedette principale que j’ai trouvé très fade, et très banale. Et je ne sais pas pourquoi, pendant toute la durée du film je l’ai transposé dans ma tête par Vanessa Paradis. Je trouve que la situation aurait été cocasse et surtout qu’elle aurait fait une fabuleuse Alice avec son air espiègle, éternellement jeune, et excellente comédienne.

Un bon point pour la chanson du générique final par Avril Lavigne, qui contraste avec la fadeur de la BO.

Ma note : 14/20 à cause des 2 « j’ai pas aimé » et du fait que nos 2 amis ont fait beaucoup mieux précédemment

Un bon moment de cinéma sans prise de tête.

 Le : 27/03/ 2010

Commenter cet article