Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

papa, le mot le plus court, plein de tendresse

Publié le 21 Juin 2020 par la tortue à plumes in 2020, humeur de tortue, PO & ZIE, saga covid19

papa,
le mot le plus court
plein de tendresse
sans calcul
sans compromis
 
l'onomatopée par excellence
la douceur
maman est plus long
maman est plus complexe
aujourd'hui
fête des pères
il y a tellement longtemps 
que je ne peux plus te fêter
 
ce 21 juin 
correspond aussi
à la fête de musique
en cette année 2020
de tous les tourments,
tu as vu tout ce qui nous est tombé dessus !
 
fête de la musique 
avortée
à cause du virus
qui circule masqué
alors que nous sommes
sous nos masques
pour protéger les autres
qui souvent n'en portent pas
… des masques
pauvre monde égoïste.
 
j'ai compté les années
c'est la 33ème année, 
l'âge du Christ,
je n'avais que 38 ans
tellement trop jeune
pour que tu partes
et me laisse orpheline de toi
pour que tu nous quittes
à l'âge que j'ai presque atteint à mon tour !
 
j'écris rarement sur toi
pourtant tu es présent
dans ma vie quotidienne
et pas seulement par tes photos
déposées un peu partout
dans mon bureau
comme des petits cailloux
de tendresse.
toi avec ton chien, ce petit épagneul
qui te correspondait si bien
toi avec un poulpe en Bretagne
toi avec maman
toi avec moi
toi avec ton petit fils
qui n'a pas eu le temps d'assez te connaître
toi à draveil,
en Italie
toi avec Céline et Serge
et ailleurs
 
lorsque tu es parti
quelqu'un m'a dit
que tu serais toujours à mes côtés
c'est exactement cela !
 
très longtemps
tu venais le soir me retrouver
un léger souffle de vent
une sensation étrange
je me cachais sous la couette
j'avais trop peur
pas de toi
mais de l'émotion
tu ne viens plus
je t'ai laissé partir 
il le fallait
c'est mieux ainsi
 
je te vis autrement
tu n'es plus là
mais tu es là
tu avais une certaine élégance
j'ai l'impression de la retrouver
chez ton petit fils
comme tu l'aurais aimé
avec sa sensibilité
et sa douceur
moins colérique que toi
toi qui étais si doux
le jour où ça pétait
il était préférable de se carapater
 
tu disais ce que tu pensais
tu aimais sincèrement les gens
tu aimais plaisanter
tu aimais la vie
et de temps en temps
un petit verre de rhum
tu fumais trop hélas
qui savait à l'époque
que tu souffrirais autant
 
pourtant dès jeune
avant le tabac !
la santé
ne t'avait pas permise
d'accéder aux études
que tu aurais brillamment réussies
 
c'est ainsi
comme toujours c'est la vie
tu te souviens de la grenadine ?
bien sûr que oui,
ce délicieux petit mensonge
au goût acidulé
je n'ai jamais oublié
 
comment oublier
si je pouvais encore prendre ta main
et la serrer
te faire un gros câlin
j'ai une excuse :
"la distanciation sociale"
tu as souffert tellement
tu es parti avec une élégance exceptionnelle
le temps de se retourner
tu étais déjà au paradis des papas
j'espère que tu y es bien avec 
les autres papas
 
évidemment je n'oublie pas maman
mais toi tu avais quelque chose de plus.
je n'ai pas choisi,
c'était juste une évidence
toi dont je disais que tu étais un vieux papa…
 
dans mon coeur tu es toujours 
le plus beau, le plus jeune
et toujours je t'aimerai
jusqu'au jour où la vie aura décidé
qu'il était temps que je te rejoigne
en attendant ce jour,
je ne suis pas très pressée pour tout t'avouer
ton petit fils adulte a encore besoin de moi
enfin je le ressens ainsi
 
tu es là à côté de moi
et je te dis :
"bonne fête papa"
=====
 

Encore une fois, il n'y a pas de hasard... je n'ai pas cherché cette photo, d'ailleurs je l'avais oubliée ; elle est juste venue se coller sous mon nez comme une évidence. Merci la petite fée qui m'accompagne, à moins que ce ne soit toi, papa ? ! 

(photo ERC/ DR)=====

photo collection personnelle ERC / DR

photo collection personnelle ERC / DR

Commenter cet article