Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

9 nuances de mots - acte8 - miscellanées

Publié le 3 Mai 2020 par la tortue à plumes in 2020, ami(e)s de la tortue, saga covid19, atelier virtuel CSC, 9 nuances de mots

"9 nuances de mots" en vert espérance

9 participantes

9 battantes

9-inées qui refusent d'être confinées.

Atelier éphémère virtuel du CSC des Fossés-Jean pendant le confinement covid19. 

Des accroches, des propositions libres, selon les disponibilités de chacune. 

=====

 

📌 Une goutte de rosée

📌 Elle avait senti le vent tourner…

📌 Derrière ma fenêtre le soleil m'invite à la rêverie

   

📌 Une goutte de rosée…

Pour nous, les humains, c’est une perle fragile, minuscule, délicate, dont la beauté s’associe à celle des plantes, des herbes, des fleurs.

J’essaie d’imaginer comment la perçoivent les insectes, de me mettre à la taille de leur microcosme. Une bulle, à l’instar des bulles sur l’eau de nos fêtes foraines ?

Pour l’araignée qui a tissé sa toile, ces gouttelettes sont-elles bienvenues ? Sans doute, car elles n’alourdissent pas le tissage fragile, elles le décorent, pour le plaisir de nos yeux.

Peut-être l’insecte se rafraîchit-il à ces perles d’eau. Ou peut-être est-ce, pour lui comme pour nous, un repérage du temps : la rosée du matin.

Une toile tissée entre deux barreaux, comme une fenêtre sur l’extérieur, si belle que je l’ai photographiée, moi qui n’aie pas le réflexe du cliché instantané.

 

Et cette sensation douce de marcher sur l’herbe à peine mouillée. Les pâquerettes sont encore toutes fermées et s’éveillent dans cette rosée bienfaisante, éphémère. Quand elles seront en corolles, il n’y aura plus de rosée.

Annie

✍🏻✍🏻✍🏻

 

 

 

📌 Elle avait senti le vent tourner

Consigne : Insérer phrase dans le texte ou en fin

(métaphore)

_______________

Titre : Frivolité…

 

Dès l'instant où elle souffla les bougies du gâteau,

Elle avait senti le vent tourner...

Les dix-huit flammes s'éteignirent avec l'insouciance,

Ouvrant l'ère de la responsabilité, de la maturité.

Elle était devenue une adulte socialement reconnue, 

Libre de ne plus jamais se tromper.

Quelques mois après cet anniversaire,

Ces parents lui demandèrent un loyer. 

Elle devait aller gagner sa croûte, sa pitance.

Finis les chéries, tu es ma sucrerie d'amour.

Sa mère, la regardait comme une rivale,

Protégeant son mari de ses assauts supposés.

Le vent de la liberté avait un goût amer, 

Il était vicelard, chargeant sa barque d'immondices.

Elle aurait voulu !

Elle aurait voulu réapprendre à rêver,

Reconquérir la frivolité que lui offrait l'âge tendre.

Cette possibilité lui apparut, un soir, en songe.

Elle fit ses valises, discrète, partie vers le Cirque du soleil.

 

Roselyne Allen

✍🏻✍🏻✍🏻

 

 

 

 

La virée en mer

 

Nathalie, 32 ans, célibataire 

Institutrice à la maternelle Jacques Chirac 

Habitant à Marseille avec un chat, 

Dans son deux-pièces. Un endroit assez cosy

Elle aime beaucoup les exercices de relaxation 

Qu’elle pratique deux fois par semaine 

Dans un centre social et culturel 

Ce cours lui permet de se canaliser 

Elle est une personne souriante et dynamique 

Qui regarde la télé mais qui sort beaucoup 

En compagnie d’un groupe de jeunes

Ils sont à peu-près une dizaine

Cinéma, restaurant, centre d’escalade

Au sein de ce groupe, Brendan et Steve

Amoureux tous deux de mer

Propose à Nathalie de faire une virée

Très intéressée elle accepte

Samedi 7h00 sur son smartphone 

Elle se réveille prend une tasse de café 

Et prépare le sac à dos, où se trouve :

Sandwich, canette, sopalin, et des fruits au dessert

Dans un sac en tissu  elle met 3 serviettes

Et un maillot de bain, histoire de piquer une tête

Ca y est le grand départ approche

Avant de sortir, elle donne à manger à Fripouille 

Elle claque la porte et se dirige vers la marina

Arrivée sur place elle retrouve Steve

Brendan s’est excusé car il n’a pas pu venir pour raison personnelle.

Alors tout deux embarquent sur le bateau

Et c’est parti pour une petite virée en mer 

Après une demi-heure de trajet

Il se retrouve en plein milieu des côtes 

De Marseille. Les vagues font tanguer le bateau

Ils s' installent sur le pont, Nathalie 

Sort les sandwichs, les boissons.

Une complicité s’installe avec Steve les yeux dans les yeux.

Ils se comprennent en un seul regard.

Ils sont sur le point de s’embrasser 

Lorsque le temps commence à se gâter

Nathalie : Steve je crois qu’il va y avoir une tempête

Steve : mais comment sais-tu cela ?

Dans sa tête,  il se dit : « c’est dingue, elle avait senti le vent tourner », avant qu’on s’embrasse. 

Impressionné, les jeunes font demi-tour

Ils décident de se voler un baiser

Après quelques minutes, ils arrivent à bon port. 

Steve heureux accompagne Nathalie chez elle

Ils décident d’échanger leur numéro.

Elle s’allonge dans son canapé, prend Fripouille 

Dans ses bras et là  : « je crois que je suis amoureuse »

Puis s’endort jusqu’au lendemain.

Speedy kart

✍🏻✍🏻✍🏻

 

 

📌 Derrière ma fenêtre le soleil m'invite à la rêverie,

J'aurais souhaité vous séduire cher lecteur, par ces mots.

Mais, ce que m'impose la réalité dépasse le rêve.

Les oiseaux en ce printemps chantent leurs amours,

Les fleurs s'épanouissent et frémissent aux baisers des abeilles,

Les baleines s'approchent des ports et se rient des humains,

Les cormorans s'ébrouent dans les eaux du canal de Venise,

Les civettes visitent les villes avec nonchalance.

Quant aux canards, ils se dandinent sur l'asphalte des routes.

Je me suis efforcée à la rêverie, me recentrant sur ma personne,

En me mettant en scène dans un pays imaginaire plein d'artifices.

Mais ici, les arbres verdoyants dansent le ballet avec la brise,

Le bleu du ciel sans nuages invite à la pureté virginale,

Le douceur du matin caresse l'âme du solitaire,

Les curiosités de la création s'offrent avec générosité,

Le vivant, reprend la place qui lui avait été déniée.

Quoi de plus beau rêve que celui de la contemplation !

Roselyne Allen

✍🏻✍🏻✍🏻

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article