Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

9 nuances de mots - acte7 - il fait partie de ces gens

Publié le 3 Mai 2020 par la tortue à plumes in 2020, ami(e)s de la tortue, saga covid19, atelier virtuel CSC, 9 nuances de mots

 

"9 nuances de mots" en vert espérance

 

9 participantes

9 battantes

9-inées qui refusent d'être confinées.

Atelier éphémère virtuel du CSC des Fossés-Jean pendant le confinement covid19. 

Des accroches, des propositions libres, selon les disponibilités de chacune. 

=====

 

Il fait partie de ces gens…

Le matin dès qu’il sort de chez lui, les écouteurs aux oreilles, il s’enferme déjà dans sa bulle,

Dans le train, le métro, il ne quitte pas des yeux sa tablette, son portable.

Arrivé sur son lieu de travail, il salue à peine ses collègues,

S’installe à son bureau, allume son ordinateur, 

Se plonge dans un autre monde, de comptabilité, de chiffres, de codes.

Par moments, il décroche le téléphone

Pour aller à la pêche d’un éventuel client au bout de la ligne

Il récite son speech sur un ton monocorde, avec des formules toutes faites

Car bien sûr, il a reçu comme ses nombreux collègues

Une formation de Relation-Clientèle.

Durant sa journée de travail, ponctuée de pauses cigarettes, pauses déjeuner

Il est seul la plupart du temps…

A la fin de la journée, il éteint son ordi, range son bureau ?

Fait un signe de tête en direction de ses collègues, en disant à demain

Une fois dehors, dans la rue, il remet ses écouteurs pour son voyage de retour…

Oui il fait partie de ces gens, qui du matin au soir, s’enferment dans leur bulle, 

Ils se sont fait prendre au piège et comme des automates, s’éloignent peu à peu de la vraie vie…

 

Jeanne W.

✍🏻✍🏻✍🏻

 

Monsieur Tout-le-monde
Il fait partie de ces gens qui raillent volontiers dans les réunions familiales, qui aiment balancer des réparties spirituelles. Il est vrai que dans ces assemblées périodiques où la cacophonie est la règle non écrite, être sérieux passe pour prétentieux. D'ailleurs, le sage aurait dit : « Pour être entendu, il vaut mieux faire rire que faire pleurer. »
 
Il fait partie de ces gens à l'horizon limité. Jean ne pérore que sur deux sujets de conversation : le premier porte sur la dernière amélioration qu'il vient juste d'apporter à sa maison dont il a dessiné les plans, suivi les travaux quotidiennement et dont il a réalisé toutes les finitions – un motif de fierté intarissable chez lui ; le deuxième sur l'éducation de ses cinq enfants, autre motif de fierté pour lui. Avec eux, il se vante d'être un père à l'écoute, la perle des pères pour tout dire en un mot. Tout de même, il lui arrive de gémir sur le coût de cette éducation. Homme réaliste, il offre à sa progéniture des leçons particulières de musique, ils sont inscrits à différents clubs, soit pour faire du cheval, du judo ou autres arts martiaux. Pour les grandes écoles, il ne lésine pas non plus. Quand il se lance sur ses frais incalculables et son budget contraignant, parfois, quelqu'un de son entourage lui déclare sur un ton ironiquement compatissant : « Aurais-tu besoin d'un prêt sans intérêt pour boucler ton mois ? Je gagne trois fois moins que toi mais j'arrive à faire des économies . » Alors, il arrête net ses plaintes jusqu'à la prochaine rencontre qui peut-être assez lointaine. 
 
Il fait partie de ces gens qui ont travaillé presque toute leur vie dans la même grande boîte où il a pu voir défiler de nombreux PDG. Il en tire une  philosophie réconfortante : « Je reste quand les autres passent. » Cela lui donne une certaine solidité dans le caractère.
 
Il fait partie de ces gens qui passent leurs vacances, en France, de préférence au même endroit suivant les saisons, pour jouir des plaisirs de la neige ou de la plage, tandis que leurs enfants, polyglottes, sillonnent la terre, en quête d'exotisme, d'îles paradisiaques et de rencontres avec d'autres cultures.
 
Aujourd'hui, à la retraite, Jean se félicite d'avoir réussi sa vie avec des enfants brillants et heureux, chacun s'épanouissant dans son domaine. Il attend avec impatience que sa femme arrive aussi à la retraite. Ils pourront alors déménager vers le sud parce qu'il aime la chaleur et le soleil. Pour occuper ses vastes journées de loisirs, il entretient son corps : piscine, yoga, promenades; il bricole dans sa maison ; il commence à dessiner les plans d'une autre maison qu'il fera construire dans le sud.
 
Il fait partie de ces gens qui ne donnent pas de leurs nouvelles et à qui je ne  pense pas non plus à leur demander de leurs nouvelles, imaginant qu'il s'étalera sans doute sur ses deux sujets préférés.
 
Mais confinement oblige. Sait-on jamais? Ce virus imprévisible semble s'attaquer à toutes les catégories sociales et tous les modes de vie. J'apprends qu'il se trouve très occupé depuis plusieurs semaines car il a accepté d'accueillir chez lui son beau-père qui n'a pas attrapé la maladie tant redoutée. Seulement, à plus de 90 ans, le vénérable gère mal son quotidien, mélangeant passé et présent, incapable de prendre soin de lui-même. Comme sa femme est infirmière et qu'elle est fort sollicitée, Jean a accepté de devenir l'aide-soignant attitré de son beau-père. Comme un travail appelle un autre, il devient aussi coursier pour des voisins qui n'osent pas sortir à cause de l'ennemi invisible mais omniprésent. Jean ne se plaint plus. Il ajoute sur un ton bonasse : il me reste un peu de temps pour me remettre aux langues étrangères car je compte bien rendre visite à tous mes enfants qui sont éparpillés dans le monde.
 
Jean fait partie de ces gens qui gagnent à être appréciés sur toute une vie.
Myosotis
✍🏻✍🏻✍🏻


 
" Il fait partie de ces gens"
_________________________________
 
Il fait partie de ces gens dont la voix suave ramène aux choses de l'enfance. Comme, celles de la dame câline, berçant l'enfant submergé par la tristesse. Oser fermer les yeux, un court instant pour se plonger et, dans la joie de cette femme : enfanter et, son appréhension : ne pas être à la hauteur de cet immense cadeau. Ouvrir les yeux pour réaliser que le temps a passé, que le petiot a accompli ses premiers pas. Sourire, encore avec plus de fierté à ses gazouillis qu'il enrichit du son syllabique "Maa", étrangement similaire au mot "maman".
 
Courir chez le pédiatre dès qu'il fait de la température. Docteur, docteur et boum ! un coup de poing dans le cœur, l'enfant est malade ; il a besoin d'elle. Nuits blanches, nuits sans sommeil pour veiller cette petite boule fragilisée sans jamais ressentir l'épuisement, tant l'énergie de l'amour nourrit l'espoir. Il est sauvé. Bondir d'allégresse à cette nouvelle, le prendre affectueusement dans les bras à l'étouffer de baisers.
 
Plus tard s'énerver quand la confiance en soi, et non plus en elle, le pousse à la défiance. Il refuse d'obéir, se moque de ses intonations de mère courroucée. Le "que faire" renvoie abruptement au "quoi faire", puis une déception point en se bagarrant le regret. Ingrat, aurait-elle envie de lui jeter, mais détériorer leurs relations n'est pas à faire.
 
Alors, avaler son courroux pour accepter de perdre le contrôle d'une destinée semble être la solution. Cet être a entamé sa mue, il se détache d'elle. Agréer qu'il se construit une personnalité, une identité propre, différente de la sienne de mère. La voix douce, rappelle que la vie est faite de merveilles et d'épines qui en font le charme.
Roselyne Allen
✍🏻✍🏻✍🏻


 
"Il fait partie de ces gens " qui croient le monde taré, de ces gens qui transforment les bonnes actions en catastrophes inévitables. Peut-on imaginer vivre avec de telles personnes ? Pourquoi pas, si l'on pense ne rien pouvoir changer à la nature. Dans ce cas, on n'aura aucun reproche  : entente parfaite avec ce personnage.
Cependant, si l'amour est assez fort, il établira un respect mutuel qui amènera réflexion, puis posera quelques exceptions, et enfin modification de SA Vérité ; soit un élargissement de son horizon de pensée et acceptation de celle, plus positive-de l' Autre, et des Autres.
 Il fait partie de ces gens qui peuvent être changés, c'est-à-dire que leur humanité va se débloquer, évoluer, et progresser
vers plus de positif.
Odette
✍🏻✍🏻✍🏻
 
 
Il fait partie de ces gens
Qui sacrifie leur vie au service de la nôtre,
Qui ne compte pas les heures
Qui aime aider l’être humain 
Qui reflète un sourire sur leur visage 
Le temps d’un court instant
Ceux et celles qui apaisent nos cœurs 
Quand on a besoin de se confier
Ceux et celles qui ont juré sous le serment 
D’ Hippocrate avant de recevoir leur diplôme
 
Il fait partie de ces gens
Qui ont décidé de se battre pour la protection 
De nos animaux de compagnie
Contre le non-respect envers nos boules de poils
Ceux et celles qui se mobilisent jour et nuit
Pour leur sauver la vie
En ville ou en campagne 
Qui trouvent une nouvelle famille d’accueil
Une famille qui saura les aimer et les chouchouter
 
Il fait partie de ces gens 
Qui sont au service de la population H24
Qui ne sont pas appréciés de tout le monde
Mais qui sont là pour notre sécurité 
Qui circulent en voiture, à vélo ou à cheval
Qui sont là pour nous écouter en cas de violences
Conjugales , pour sauver la vie de nos enfants
Qui aident à rechercher nos aînés 
Qui malgré tout, font leur boulot
 
Il fait partie de ces gens
Qui se battent pour la protection 
De notre planète qui se dégrade 
De jour en jour  qui essaye de trouver 
Des solutions pour sauver cette boule 
Qui se battent pour la protection 
Des espèces en voie de disparition 
Qui font participer la population 
Et qui apprend à nos enfants le tri sélectif
 
Il fait partie de ces gens
Qui ne prend pas les problèmes des autres
Sur le cœur, qui fait sa vie comme il l’entend 
Qui s’énerve rapidement sur l’autoroute 
Quand il y a des bouchons
Qui achète sans compter alors qu’ils n'ont
Besoin de rien ou  peu de chose 
Qui bougonne pendant des heures 
Et qui revient à la normale 1h plus tard
 
Alors merci pour ce que vous faites et de ce qui fait de vous ce que vous êtes au quotidien
Speedy Kart 
✍🏻✍🏻✍🏻
 
 
 
Il fait partie de ces gens qui se croient tout permis, le genre qui m'énerve au plus au point
A l'époque je travaillais en mairie de quartier
On faisait différents dossiers dont ceux du RMI
Pour en bénéficier il fallait avoir 25 ans et certaines conditions
Un jeune homme arrive, il me demande un dossier. Je lui demande son âge, il fallait qu'il attende une semaine. Je lui donne donc un RV à 9 h 15
Ce jour là il est bien venu, et à l'heure en plus, je me suis permis de lui souhaiter un bon anniversaire, si j'avais su comment il allait se comporter je ne l'aurais peut être pas fait
Je commence à vérifier ses documents et là il commence à faire des réflexions sur les femmes
Mais à un moment il a dépassé les bornes
Il me dit que la place des femmes est "dans la cuisine"
Je me suis levée j'ai pris son dossier que j'ai donné à mon collègue en lui disant que je suivais l'heure les conseils du monsieur et que j'allais faire du café et que je l'appellerais quand ce serait prêt, mais je lui ai bien recommandé de ne pas se précipiter et de finir ce qu'il faisait
Il m'a regardé, a ouvert la bouche mais aucun son n'est sorti
Et je suis partie préparer le café
Quand mon collègue a eu fini son dossier il lui a demandé de l'excuser auprès de moi
Je ne l'ai jamais reçu
Et malheureusement c'est une histoire vraie
Aidapa
✍🏻✍🏻✍🏻
 
===== illustration : toile de Daniel Richter
 
Commenter cet article