Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

acte 2 florilège de textes sur le racisme

Publié le 9 Avril 2019 par la tortue à plumes in 2019, Atelier saison 2018 CSC Fossés-Jean, cabaret du CSC Fossés-Jean, colombes, Jean Michel Folon

Textes sur le racisme au cabaret du 30/3/2019 du CSC des Fossés-Jean

en introduction : Tahar Ben Jelloun a écrit :

"on est toujours l'étranger de quelqu'un, c'est-à-dire qu'on est toujours perçu comme quelqu'un qui n'est pas de notre culture.

Tahar Ben Jelloun (le racisme expliqué à ma fille) P.13

=====

 

1/Je ne ris que des choses qui ne font pas rire, que des choses graves, entre autre, le racisme.
Pris au premier degré, ça peut faire de la peine.
Pierre Desproges

==========

pause musicale

 

2/ Depuis la nuit des temps, l'Homme n'aime pas l'autre,

Qu'importe les acquis, la langue, les couleurs !

Le ciel peut envoyer le plus subtil apôtre,

L'âme de l'être humain piétine les valeurs

 

Dès qu'un de nous fut chef, il mit en esclavage

Le plus fragile afin d'être le dominant ;

Un être différent est, toujours, un sauvage !

En toute religion, le fait est culminant

 

Des grands pays d'Asie aux empire d'Afrique

Et des Etats-Unis au sol occidental

L'Homme, par la splendeur de son ciel historique,

Déteste l'étranger du haut d'un piédestal

 

Vous prenez une langue ainsi qu'une culture

Un autre coloris, de suite un jugement

Est émis par celui haïssant la nature

Et n'acceptant, jamais, un autre sentiment

 

Ne jetons pas la pierre à de diverses faces

Car toutes sont à plaindre autant qu'à condamner !

Le racisme, croyez, connaît bien des surfaces ;

Le voisin le plus proche est, bien sûr, à damner

 

N'ignorons pas celui détestant sans complexe

Les vieux et puis la femme et tout adolescent !

Le racisme, souvent, emprisonne le sexe !

Pourtant, le coloris coule du même sang

 

Le racisme n'est pas d'une seule nuance,

D'une religion, d'un unique parti !

Face à son entreprise, Untel, sous influence,

Veut être un ouvrier avant d'être apprenti.

Orbel (https://www.poeme-france.com/auteur/orbel/texte-136429)

==========

pause musicale

 

3/Chaque visage est un miracle

Un enfant noir, à la peau noire, aux yeux noirs,

Aux cheveux crépus ou frisés, est un enfant.

Un enfant blanc, à la peau rose,

Aux yeux bleus ou verts,

Aux cheveux blonds ou raides, est un enfant.

L’un et l’autre, le noir et le blanc,

Ont le même sourire quand une main leur caresse le visage.

Quand on les regarde avec amour et leur parle avec tendresse.

 

Ils verseront les mêmes larmes si on les contrarie, si on leur fait du mal.

Il n’existe pas deux visages absolument identiques.

Chaque visage est un miracle, parce qu’il est unique.

Deux visages peuvent se ressembler,

Ils ne seront jamais tout à fait les mêmes.

La vie est justement ce miracle.

Ce mouvement permanent et bougeant

Et qui ne reproduit jamais le même visage.

 

Vivre ensemble est une aventure où l’amour,

L’amitié est une belle rencontre avec ce qui n’est pas moi,

Avec ce qui est toujours différent de moi et qui m’enrichit.

Tahar Ben Jelloun

==========

pause musicale

 

4/Ce n’est qu’au jeu de cartes

Que les couleurs m’importent

Ou au jardin

Pour commenter les parfums ;

Ou avec mes chats

Pour commenter leurs noms

Avec les humains

Je suis daltonien.

 

Michel Besnier est né en 1945 à Cherbourg. Il est l’auteur de romans (au Seuil et chez Stock), de livres de poésie et de livres pour enfants.

==========

5/"ne faites pas attention à ma peau noire :

c'est le soleil qui m'a brûlé."

Aimé Césaire, cahier d'un retour au pays natal

==========

6/LES TUEURS SONT À L’AFFÛT

Mère

ma superbe

mon imprudente

Toi qui t’apprêtes à me mettre au monde

De grâce

ne me donne pas de nom

car les tueurs sont à l’affût

 

Mère

fais que ma peau

soit d’une couleur neutre

Les tueurs sont à l’affût

 

Mère

ne parle pas devant moi

Je risque d’apprendre ta langue

et les tueurs sont à l’affût

 

Mère

cache-toi quand tu pries

laisse-moi à l’écart de ta foi

Les tueurs sont à l’affût

 

Mère

libre à toi d’être pauvre

mais ne me jette pas dans la rue

Les tueurs sont à l’affût

Ah mère

si tu pouvais t’abstenir

attendre des jours meilleurs

pour me mettre au monde

Qui sait

Mon premier cri

ferait ma joie et la tienne

je bondirais alors dans la lumière

comme une offrande de la vie à la vie;

ABDELLATIF LAÂBI

* In Le Spleen de Casablanca, éditions de la Différence, 1996.

Poème à la mémoire de Brahim Bouarram, jeune Marocain jeté et noyé dans la Seine, le 1er mai 1995, par un groupe de skinheads venant d’une manifestation du Front national.

==========

pause musicale

 

7/Tu es toi et je suis moi.

Accepte-moi tel que je suis. Ne cherche pas à dénaturer mon identité et ma civilisation.

Aimé Césaire, Un volcan nommé poésie

==========

 

8/Les voyez-vous les apeurés

qui ne vivent qu'à peu près

à petits pas

dans le petit peu de l'existence?

ils ont peur du ciel du vent et des hommes ils ont peur de vous ils ont peur de nous ils ont peur d'eux-mêmes

imaginez un flocon qui remonterait au ciel parce qu'il a peur de la neige

imaginez un oiseau qui marcherait de Brest à Strasbourg

parce qu'il a peur des chasseurs

ils sont les tout-en-peur

ce que serait un arbre

qui interdirait à ses branches de pousser pour ne pas donner prise à la tempête

un poteau de détresse

J.P Siméon

==========

 

9/Donne-moi tes pauvres, tes exténués,

Tes masses innombrables aspirant à vivre libres,

Le rebus de tes rivages surpeuplés,

Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête me les rapporte Je dresse ma lumière au-dessus de la porte d'or !

Emma Lazarus, fille d'une famille immigrante juive portugaise est gravé sur la Statue de la Liberté.

Il a accueilli des dizaines de millions d'immigrants à leur arrivée en Amérique.

==========

 

10/AMBRE SOMMAIRE

Sur la plage alignés

En épidermes serrés

Les gentils vacanciers

Aux petits pores

Et aux grands pieds

Se bronzent au soleil de l’été

Tout bien-pensant

Tout bien-dorant

Tout bien-bronzant

Tous,     Bruns-bicots

Et noirs-négros

Mais à la rentrée

Racistes jusque dans le métro

Racistes jusque dans le boulot

Racistes jusqu’à l’os

Et tout ça     pour la peau.

 

Joël Sadeler est né en 1938 et mort en 2000. Il a donné son nom au prix Joël Sadeler qui récompense chaque année depuis 2001 un recueil de poésie destiné à la jeunesse.

==========

pause musicale

 

11/Le sang

« Oui, il existe plusieurs groupes sanguins différents :

ils sont au nombre de quatre, A, B, O et AB. Le groupe O est donneur universel.

Le groupe AB est receveur universel. Cela n’a rien à voir avec une question de supériorité ou d’infertilité.

Les différences sont dans la culture – la langue, les coutumes, les rites, la cuisine, etc. Souviens-toi c’est Tam, l’amie vietnamienne de ta maman, qui lui a donné du sang, alors que ta maman est marocaine. Elles ont le même groupe sanguin.

Et pourtant elles sont de cultures différentes et n’ont pas la même couleur de peau. »

 Tahar Ben Jelloun est un écrivain, poète et peintre franco marocain, à Fès au Maroc. Il a été récompensé du prix Goncourt 1987 pour son roman 'La Nuit Sacrée'.

==========

 

12/ Je rêve d’un monde

=Je rêve d'une ronde d'humains, féminins, masculins, se tenant par la main, brune ou blanche, pâle ou couleur du soleil levant, qui tiendrait le langage du bien,

d'un pôle à l'autre et dans son quotidien.

 

=Je rêve d'un monde que cette ronde partagerait entre louanges et bontés, sans distinction de race ou de sexe, et avec les anges qui en sont dénués.

 

=Je rêve d'un monde sans violence et ses maladresses qui ternissent avec adresse le visage d'enfants et de femmes soumises à ceux, qui au nom d'on ne sait quel dieu ou quel précepte, offensent et agressent leur digne et égale valeur, leur interdisant le plus petit bonheur.

 

=Je rêve d'un monde d'une seule rumeur… respecter son prochain, quels que soient son genre, son identité, sa couleur, sa variété, sa grandeur ou sa petitesse, sa complexité, son ardeur, sa richesse ou sa pauvreté.

 

Samie Louve, poétesse de Pau.

==========

pause musicale

 

 

13/ Hommes de toutes les races

Le malheur n’est pas fatal

 

Il vous appartient de vivre

Comme on assemble les roses

 

Mais respirer est un vol

Tant que l’on enchaîne et tue

 

Mais manger est criminel

Tant qu’un homme a faim sur Terre

 

Mais il n’y a pas de roses

Dans un jardin sans amour.

 

Jean Rousselot poète et écrivain français. Orphelin, il doit commencer à travailler à 15 ans pour gagner sa vie. Puis il reprend ses études, devient commissaire de police, rencontre des poètes avec qui il devient ami... Il a écrit de nombreux poèmes et il a reçu de nombreux prix.

==========

 

14/ Il m'a dit

Il m'a dit

Ma race est la race jaune

J'ai répondu

Je suis de ta race.

 

Il m'a dit

Ma race est la race noir

J'ai répondu

Je suis de ta race.

 

Il m'a dit

Ma race est la race blanche

J'ai répondu

Je suis de ta race,

Car mon soleil fut l'étoile jaune

Car je suis enveloppé de nuit

Car mon âme, comme la pierre de la loi est blanche.

Edmond Jabès 1912 1991

==========

pause musicale et FIN

 

===========

MERCI  (de gauche à droite sur scène à) :

Roselyne

Antoinette

Odette

Mariame

membres du Club écriture (atelier d'écriture créative) pour leur présence, participation et leur très très bel engagement dans la lecture de ces textes.

=====

Merci à Leïla et Carl.

 

 

DUDH, Liberté, 1988 © Fondation Folon

DUDH, Liberté, 1988 © Fondation Folon

un petit bonus qui n'était pas au cabaret... Jean Michel Folon, certainement mon artiste préféré dans l'absolu pour ce qu'il représentait :

Humanisme

Folon est un artiste engagé. Son œuvre est imprégnée d’un grand sens éthique. A travers la douceur de ses couleurs, il tente de nous guider vers la voie de la tolérance et de la paix. Car selon lui, « si l’Homme passait plus de temps à admirer la beauté, du monde, d’une œuvre, il en aurait moins à consacrer à la guerre et en oublierait la violence, souvent gratuite, qui l’anime. » C’est pourquoi Folon ne dépeint pas le monde d’une manière tragique. Ses œuvres sont empreintes d’humour ou de poésie car la beauté, au-delà de sa valeur esthétique, a dans son travail une connotation morale. Folon s’élève contre la peine de mort, revendique l’égalité entre les Hommes quelles que soient leur couleur, leur religion ou leur culture, défend les minorités et cela avec un langage accessible à tous : des images, des signes universels et compréhensibles quels que soient l’âge et l’origine du spectateur. C’est pourquoi des organisations comme Amnesty International ont fait appel à lui pour illustrer non seulement leurs affiches (1977, 1986), mais aussi la Déclaration universelle des droits de l’homme (1988), dans l’optique de redonner à l’Homme l’envie de croire en l’humanité. Folon s’engage par ailleurs contre le racisme, qui n’a aucune raison d’être car bien-sûr pour le peintre, « les couleurs sont faites pour se mélanger et pour s’aimer ». Il réalise encore bien d’autres projets parmi lesquels une affiche intitulée Contre la peine de mort (1978), une autre pour le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (1991), pour l’Unesco (1988) ou encore celle des Ve Jeux Olympiques d’hiver pour les Handicapés en 1992 représentant un oiseau aux ailes brisées qui parvient tout de même à voler, soulignant toute la force et la grandeur de ces athlètes.

=====

extrait de son site: 

https://fondationfolon.be/words/humanisme

=====

Commenter cet article