Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

acte 1 florilège de textes sur les femmes

Publié le 9 Avril 2019 par la tortue à plumes in 2019, Atelier saison 2018 CSC Fossés-Jean, cabaret du CSC Fossés-Jean, Love is Love, colombes

Textes sur les femmes au cabaret du 30/3/2019 du CSC des Fossés-Jean
introduction des lectures (ERC) présentation du thème et du Club écriture.
 
1/Le mois de mars c'est la célébration de deux beautés : le printemps et les femmes ! anonyme
==========
 
- au sujet d'Olympe de Gouges née en 1748, guillotinée en 1793 petite introduction sur sa vie.
- lecture de 12 dates fondamentales sur les droits des femmes
==========
 
2/"Les femmes qui veulent être les égales des hommes manquent sérieusement d'ambition."
Jean-Marc Reiser
==========
 
3/"L'admission des femmes à l'égalité parfaite serait la marque la plus sûre de la civilisation, et elle doublerait les forces intellectuelles du genre humain."
Stendhal
=========

 
4/Sensation
Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.
 
Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, - heureux comme avec une femme.
Arthur RIMBAUD 1854 - 1891
==========
 
5/Quand on écrit des femmes, il faut tremper sa plume dans l'arc-en-ciel et jeter sur sa ligne la poussière des ailes du papillon ; comme le petit chien du pèlerin, à chaque fois qu'on secoue la patte, il faut qu'il en tombe des perles".
Diderot
==========
pause musicale
 
6/L'ivresse qui s'empare de moi
une effervescence ambiante
tandis qu'une montre égrène lentement les heures
une femme
un cercle blanc de pureté
un corps nu
dans une journée ensoleillée
tout
pour être heureux
dans le jeu de miroirs de ton ombre.
Vincent Capuana (Love is Love - éditions épingle à nourrice)
==========
 
7/Elle est elle,
elle est belle
ses yeux pétillent
ses yeux brillent
son coeur palpite
quand elle pense à toi.
 
Elle serre sur elle
l'écharpe de soie
que tu as oubliée en partant.
 
Elle rêve de vos étreintes
elle rêve de tes bras
elle est belle
elle est elle
et elle t'aime
comme personne avant.
 
Elle t'attend
elle espère ton retour
une femme est fragile
une femme est amour
une femme est forte
une femme est toujours
 
Future mère de tes enfants
elle sera ton amante
elle sera ton épouse
aime-la
chéris-la
pour le reste de tes jours.
 
Elle, que tu appelles ta femme
mérite ton amour
alors reviens-vite
et pour toujours
serre la dans tes bras
en la couvrant de baisers.
Elisabeth Regenet-Capuana (la tortue à plumes) www.latortueaplumes.com
=========
 
8/Une femme est comme un arc en ciel...elle donne à la vie ses couleurs lumineuses.
Une femme est comme la lune. Elle donne à l'obscurité l'espoir de la lumière.
anonyme
==========

 
9/Un homme qui lit, ou qui pense, ou qui calcule, appartient à l'espèce et non au sexe ; dans ses meilleurs moments, il échappe même à l'humain.
Marguerite Yourcenar de l'Académie française - 1ère femme élue - (Mémoires d'Hadrien)
==========
 
10/ Enfin, les femmes qui disent "les hommes" et les hommes qui disent "les femmes", généralement pour s’en plaindre dans un groupe comme dans l’autre, m’inspirent un immense ennui, comme tous ceux qui ânonnent toutes les formules conventionnelles.
 
Il y a des vertus spécifiquement "féminines" que les féministes font mine de dédaigner, ce qui ne signifie pas d’ailleurs qu’elles aient été jamais l’apanage de toutes les femmes : la douceur, la bonté, la finesse, la délicatesse, vertus si importantes qu’un homme qui n’en possèderait pas au moins une petite part serait une brute et non un homme.
 
Il y a des vertus dites masculines, ce qui ne signifie pas plus que tous les hommes les possèdent: le courage, l’endurance, l’énergie physique, la maîtrise de soi, et la femme qui n’en détient pas au moins une partie n’est qu’un chiffon, pour ne pas dire une chiffe.
 
J’aimerais que ces vertus complémentaires servent également au bien de tous. Mais supprimer les différences qui existent entre les sexes, si variables et si fluides que ces différences sociales et psychologiques puissent être, me paraît déplorable, comme tout ce qui pousse le genre humain, de notre temps, vers une morne uniformité.
Marguerite Yourcenar (les yeux ouverts)
==========
pause musicale

 
11/Depuis la nuit des temps de nombreuses femmes ont été les muses et les inspiratrices des poètes, écrivains, chanteurs, peintre...Le mystère enchanteur et le charme qu'elles dégagent y est sûrement pour quelque chose...
anonyme
==========
 
12/Sans les femmes la Terre serait beaucoup moins porteuse d'amour, d'espoir et de douceur
anonyme
==========
 
13/Une femme est l’amour, la gloire et l’espérance,
Aux enfants qu’elle guide, à l’homme consolé,
Elle élève le coeur et calme la souffrance,
Comme un esprit des cieux sur la terre exilé
Gérard de Nerval
==========
 
14/ S’il arrivait un jour, en quelque lieu sur terre,
Qu’une, entre vous, vraiment comprît sa tâche austère,
Si, dans le sentier rude avançant lentement,
Cette âme s’arrêtait à quelque dévouement,
Si c’était la Bonté sous les cieux descendue,
Vers tous les malheureux la main toujours tendue,
Si l’époux, si l’enfant à ce cœur ont puisé,
Si l’espoir de plusieurs sur Elle est déposé,
Femmes, enviez-la.
 
Tandis que dans la foule
Votre vie inutile en vains plaisirs s’écoule,
Et que votre cœur flotte, au hasard entraîné,
Elle a sa foi, son but et son labeur donné.
Enviez-la. Qu’il souffre ou combatte, c’est Elle
Que l’homme à son secours incessamment appelle,
Sa joie et son appui, son trésor sous les cieux,
Qu’il pressentait de l’âme et qu’il cherchait des yeux,
La colombe au cou blanc qu’un vent du ciel ramène
Vers cette arche en danger de la famille humaine,
Qui, des saintes hauteurs en ce morne séjour,
Pour branche d’olivier a rapporté l’amour.
 
Et que votre cœur flotte, au hasard entraîné,
Elle a sa foi, son but et son labeur donné.
Enviez-la ! Qu’il souffre ou combatte, c’est Elle
Que l’homme à son secours incessamment appelle,
Sa joie et son espoir, son rayon sous les cieux,
Qu’il pressentait de l’âme et qu’il cherchait des yeux,
La colombe au cou blanc qu’un vent du ciel ramène
Vers cette arche en danger de la famille humaine,
Qui, des saintes hauteurs en ce morne séjour,
Pour branche d’olivier a rapporté l’amour.
Louise Ackermann, Premières poésies, 1871
==========
 
15/Le lis qu’elle tient
Tandis qu’elle passe
Laisse ici son parfum.
Hara Sekitei ( 1889-1951 )_ haïku
==========
pause musicale
 
16/(lecture à 4)
Pour les femmes, Nos âmes sœurs
On les appelle mesdames, mesdemoiselles, ou dames
Les filles sont le charme, la beauté, la douceur d’âme
On l’appelle madame, mademoiselle, ou belle dame
Une fille est une délicatesse, la tendresse de l’âme
 
Par ce petit poème, je veux rendre un hommage à toutes les femmes
Les hommes sont si fragiles devant ces beaux êtres qui les désarment
Pour la journée de la femme, je veux leur déclarer ma flamme
Texte d’amour en hommage à la féminité aux mille charmes
 
Qu’elles soient maman, amante, maîtresse ou grande cheftaine
Elles sont mères, lumière et sagesse, elles soulagent nos peines
Nous les hommes respectons en toute femme celle qui nous a porté
L’amour maternel est un grand miracle dont elles ont le doux secret
Ce poème rend hommage à la femme qui porte en elle l’avenir
 
L’avenir de l’homme dont elle est la sœur, la mère et le plaisir
Un Message d’amour à la féminité qui nous ramène à notre humanité
Les femmes sont nos âmes sœurs aimons-les au nom de la fraternité
Hamoudi
=========
 
17/"Appeler les femmes le sexe faible est une diffamation ; c'est l'injustice de l'homme envers la femme. Si la non-violence est la loi de l'humanité, l'avenir appartient aux femmes."
Gandhi
==========
 
18/ Quand je serai vieille, je m’habillerai de mauve
Je mettrai un chapeau rouge qui jure avec ma robe
Je dépenserai ma pension en cognac et en gants de dentelle
En sandales de satin et je dirai que
Nous n’avons pas les moyens d’acheter du beurre
Je m’assoirai sur le trottoir quand je serai fatiguée
Je tirerai les sonnettes d’alarme
Je ferai courir ma canne sur les barreaux des clôtures
Je rattraperai le temps perdu quand j’étais jeune et sérieuse
 
Je sortirai en pantoufles sous la pluie
Je cueillerai des fleurs dans les jardins des autres
J’apprendrai à cracher très loin
Mais peut-être devrais-je m’exercer un peu avant
Afin que mes amis ne soient pas surpris et choqués
Quand tout à coup je serai vieille
Et que je m’habillerai de mauve;
Traduction de Liette Perreault - « Warning » in Rose in the afternoon / Jenny Joseph (1963) Ed. London
==========
pause musicale
 
19/ La dame avait une robe
En ottoman violine
Et sa tunique brodée d’or
Était composée de deux panneaux
S’attachant sur l’épaule
Les yeux dansants comme des anges
Elle riait elle riait
Elle avait un visage aux couleurs de France
Les yeux bleus les dents blanches et les lèvres très rouges
Elle avait un visage aux couleurs de France
Elle était décolletée en rond
Et coiffée à la Récamier
Avec de beaux bras nus
 
N’entendra-t-on jamais sonner minuit
La dame en robe d’ottoman violine
Et en tunique brodée d’or
Décolletée en rond
Promenait ses boucles
Son bandeau d’or
Et traînait ses petits souliers à boucles
Elle était si belle
Que tu n’aurais pas osé l’aimer
 
J’aimais les femmes atroces dans les quartiers énormes
Où naissaient chaque jour quelques êtres nouveaux
Le fer était leur sang la flamme leur cerveau
J’aimais j’aimais le peuple habile des machines
Le luxe et la beauté ne sont que son écume
Cette femme était si belle
Qu’elle me faisait peur
Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913
==========
 
20/Mignonne, allons voir si l'arthrose
Qui ce matin, tant m'ankylose
Depuis qu'a sonné mon réveil
Pour clore une nuit de sommeil
Aura perdu de sa vigueur
Après un footing d'un quart d'heure.
Las ! Voyez comme sont les choses,
Il faudrait que je me repose.
Mes maux, loin de se calmer
Las, las, ne cessent d'empirer
Ô vraiment, marâtre nature
Avec l'âge la douleur perdure !
Donc, si vous m'en croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté
Avant que ne ternisse votre beauté,
Pour assouvir toutes envies
Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.
BEN
==========
pause musicale
 
21/ ET UN JOUR UNE FEMME (texte de Lionel florence)
D'avoir passé des nuits blanches à rêver
Ce que les contes de fées vous laissent imaginer
D'avoir perdu son enfance dans la rue
Des illusions déçues passer inaperçu
 
D'être tombé plus bas que la poussière
Et à la terre entière
En vouloir puis se taire
D'avoir laissé jusqu'à sa dignité
Sans plus rien demander
Qu'on vienne vous achever
==
Et un jour une femme
Dont le regard vous frôle
Vous porte sur ses épaules
Comme elle porte le monde
Et jusqu'à bout de force
Recouvre de son écorce

 

📌

Olympe de Gouges, une femme du XXIe siècle

Un extrait d'un excellent article paru sur Olympe de Gouges qui fait parfaitement le lien entre les femmes et le racisme ; les deux thèmes de ce soir.

« Celle qui voulut politiquer »

par Olivier Blanc   

Le Monde diplomatique« Celle qui voulut politiquer »

 

Marie-Olympe de Gouges est une des très rares femmes de l’histoire ancienne a avoir été exécutée pour la publication d’écrits politiques (1). Pourtant cette femme engagée, belle figure humaniste de la fin du XVIIIe siècle, n’a été redécouverte que récemment au titre de précurseur dans l’histoire des idées. Elle demeure en effet une figure d’exception, non seulement pour son engagement politique dans la durée, mais surtout pour ses positions d’avant-garde, courageusement exprimées, sur la condition des Noirs et celle des femmes. Il a fallu attendre que les grandes questions de société sur les femmes, le racisme et les minorités se posent avec une nouvelle acuité au lendemain de la seconde guerre mondiale pour mettre enfin en lumière le souvenir tragique de de Gouges.

=====

 

acte 1 florilège de textes sur les femmes

 

📌

Survol en douze dates de l'évolution des droits des femmes :

1791 : Olympe de Gouges rédige la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne »

1792 : La loi permet le divorce par consentement mutuel

1850 : Création obligatoire d’écoles de filles dans les communes de 800 habitants (loi Falloux)

1903 : Marie Curie reçoit le prix Nobel de physique

1924 : Uniformisation des programmes scolaires masculins et féminins

et création d’un baccalauréat unique

1938 : Suppressions de l’incapacité juridique de la femme mariée

1944 : Droit de vote et d’éligibilité pour les femmes.

1946 : suppression de la notion de «salaire féminin » à travail égal, salaire égal

1965 :  Les femmes mariées peuvent exercer une profession sans l’autorisation de leur mari.

1980 : Marguerite Yourcenar est la première femme élue à l’Académie française

1981 : Yvette Roudy est ministre déléguée des droits de la femme

1991 : Édith cresson première femme 1er ministre 
=====

MERCI  (de gauche à droite sur scène à) :

Roselyne

Antoinette

Odette

Mariame

membres du Club écriture (atelier d'écriture créative) pour leur présence, participation et leur très très bel engagement dans la lecture de ces textes.

=====

Merci à Leïla et Carl.