Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

la pendule, ici ou ailleurs

Publié le 7 Janvier 2019 par la tortue à plumes in 2019, humeur de tortue

Je suis d'ailleurs. Pour mon dernier voyage
j'ai passé la frontière à Chamonix
enveloppée dans une couverture épaisse pour me protéger.
 
J'avais déjà vécu ma vie, une très longue vie.
Je ne savais pas ce que j'allais devenir.
Après leur départ, à tous les deux, dans un monde que l'on dit meilleur
je suis restée seule pendant de longs mois dans la maison froide et abandonnée.
 
Un jour enfin, ils sont venus pour vider la maison,
je m'attendais au pire
mais quel pire ? ils ont tout vidé, ils n'ont rien ou si peu conservé
mais de moi par miracle,
elle a dit, : "tes parents y tenaient". On l'emporte.
C'était vers un ailleurs, un pays inconnu.
La langue ne me disait que peu de choses
sauf lorsqu'ils venaient pour Noël ou pour Pâques
le français entre eux résonnait. Je ne comprenais rien.
J'habitais la plus belle ville du centre,
chez moi c'était l'Ombrie et les collines tendres,
les oliviers, les vignes et Saint François d'Assise.
 
J'avais déjà voyagé pour arriver jusqu'à eux
fabriquée dans un joli bois des forêts allemandes.
 
J'étais habituée à ma maison
qui sentait le parmesan et le savon.
 
C'était lui, Giuseppe, qui remontait  mon mécanisme avec délicatesse.
Jamais je ne m'étais arrêtée,  je n'aurais jamais osé leur faire cet affront.
Elle, Maria me brossait, cirait mon bois foncé  et mon gros balancier doré.
La vie était calme. Ils vivaient à mon rythme à celui du soleil et du coq du poulailler.
 
Ici est mon nouvel ailleurs, ici c'est près de Paris.
Trop vieille,  je ne fais plus tic-tac,
je ne sonne plus non plus
les quarts d'heure
ni les heures
mon balancier de guerre lasse s'est arrêté.
 
Jour et nuit, pendue à ce mur du couloir,
bousculée par le choc d'une porte voisine
Mon IV est un IIII étrusque...
selon certaines sources, d'autres parlent de Louis XIV ou de Louis XVI.
 
Ici ça sent autrement, ça sent bon aussi,
mais c'est une autre vie.
La banlieue parisienne, l'odeur de l'essence et le bruit des voitures.
La petite chienne aboie, un peu plus qu'à son tour.
 
Ils passent rarement devant moi.
Chacun vit sa vie un peu indifférents.
Elle a parlé de réparateur.
Il a dit oui.
Depuis il ne s'est plus rien passé.
J'attends le moment où je pourrai de nouveau comme avant
entendre la clef me remettre en marche
et qu'enfin je carillonne, carillonne,
et que je sonne
les quarts d'heure
les demi-heures
et les heures.
 
Je me demande si ce n'est pas cela qui les empêche de me faire réparer !
Tic tac en Italie,  tic tac ici ou ailleurs, j'avais le même tic tac, tic tac, tic tac
dit la pendule au salon…
Elle aussi me bichonne, elle me connait depuis si longtemps
que je fais partie des meubles, comme on dit
en Ombrie ou en  France.
tic tac
tic tac
Ici ou ailleurs.
=====
 
 
 
 
 

©la tortue à plumes 🐢

 
 
 
 
merci #Franco Prevignano (ami & photographe pérugin) pour cette photo / 12.2018 DR

merci #Franco Prevignano (ami & photographe pérugin) pour cette photo / 12.2018 DR

Commenter cet article