Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

ça s'appelle une cure

Publié le 3 Novembre 2018 par la tortue à plumes in humeur de tortue

Je n'arrive pas à mettre un mot
sur le sentiment étrange qui m'habite,
longues journées monotones
des voitures qui passent
devant ma fenêtre
mes fenêtres devrais-je dire
où j'ai posé mes bagages
une petite enclave de mon moi,
le strict nécessaire
c'est cosy sans plus
sans moins.
 
De l'eau
descendue du ciel
le climat est humide
il a déjà neigé
grosses branches d'arbres
cassées tombées sur les routes
aux alentours.
 
De l'eau
qui monte des profondeurs
qui enveloppe mon corps
bain de bulles
bain de jets
douche pénétrante
étuve 43°
massage,
mains puissantes sur mon corps.
 
De l'eau
des bulles
de la vapeur
de la douceur
de la force vive
entrer
sortir
dix minutes pas plus
timing sécu
ça s'appelle une cure.
 
Une petite partie de la journée
y est consacrée
en réalité
quarante petites minutes
d'eau et d'eau,
mais d'eau thermale
captée à 55°
faille géologique
voisinage du socle volcanique
pleine de bienfaits
d'oligo-éléments,
sels minéraux
gaz rares…
 
Et si les volcans se réveillaient…
Soudainement mon esprit s'égare
faille géologique
je suis partie à thingvellir ou Þingvellir,
je marche dans la neige
les pieds entre deux plaques tectoniques
il y avait longtemps
un petit sourire illumine mon visage
l'espace d'un instant.

 
Revenons,
non pas à nos moutons,
encore que dans les champs
j'en ai vu paître
ceci est une autre histoire
demain peut-être…
revenons à l'eau  
qui comme chacun sait est un acronyme :
E.A.U.
"État Avancé d'Usure"
d'où la cure et l'eau et …
au fait,
n'essayez pas de la boire
ou juste du bout des lèvres
beaucoup trop puissante.
 
Quarante minutes
pas une de plus
le chronomètre s'arrête
la rampe de douche s'arrête
la baignoire se vide
déjà un autre curiste arrive.
Ici on est curiste
c'est ainsi.
 
Remettre son peignoir blanc
la ceinture blanche
ne pas oublier
la serviette blanche
un peu jaune à la sortie
car l'eau ici est puissante
j'insiste !
elle est la maîtresse des lieux.
 
Les cheveux blancs jaunis
eux aussi
direction le coiffeur
pour un peu de douceur
retrouver leur vrai blanc
de l'usure de la vie
du temps passé
du temps présent
du temps futur
combien de temps ?
le temps de la joie et des peines,
une petite heure
se faire chouchouter
et ressortir bien coiffée
éphémère plaisir,
 
déjà le lendemain
remettre le bonnet de bain
qui ne sert à rien
le brushing sera défait,
 
à cause de l'eau
qui vient des profondeurs
et qui doit te faire du bien
à terme
aux Thermes.
 
Six jours par semaine
dimanche c'est la trêve
et il est temps de préparer
le maillot de bain
de noir devenu gris
pour ce nouveau lundi.
 
Ne pas oublier
le bonnet qui ne sert
presque toujours à rien.
 
Comme les enfants j'ai compté
dix huit jours
cela fait bien
vingt dodos
loin des miens
loin de ma vie.
 
Ca s'appelle une cure
c'est le prix à payer
pour rêver
pour espérer
que les trois cents
et quelques jours restants
année bissextile comprise
seront plus doux
moins douloureux
et donc plus joyeux.
 
En attendant
il est l'heure de mettre le bonnet de laine
le manteau et l'écharpe
et d'y retourner
aujourd'hui douzième jour
les jets, la douche, l'étuve
les jets, la douche, l'étuve
ça s'appelle une cure…
on est un samedi de novembre
temps humide
ciel gris
les arbres ont encore leurs feuilles.
Il n'y a rien à ajouter.
=====

(Ce texte est dédié à ma très chère amie Sophie-Eliane qui vient de  nous quitter le 29 octobre, peut-être que mon humeur s'en est sentie plus altéré qu'il n'y parait. Petite étoile je pense à toi)

 

Thermes de Bourbon l'Archambault (Allier) photos ERC/DR

Thermes de Bourbon l'Archambault (Allier) photos ERC/DR

Commenter cet article