Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

à travers les persiennes

Publié le 25 Novembre 2018 par la tortue à plumes in PO & ZIE, humeur de tortue

A travers les persiennes,

je devine que le ciel est bas

et gris

sans compromis,

 

Un dimanche à venir

sans relief

sans grand reflets à l'horizon,

sous ma couette

je me sens bien

je me sens même très bien

aucune envie d'en sortir

aucune envie de bouger

ne serait-ce qu'un orteil.

 

Je réalise qu'aucune douleur ne me traverse le corps,

un petit miracle certainement éphémère

il faut en profiter

avant de se lever

de ce petit temps

où tout est aboli.

le calme est en moi

mon coeur bat doucement, calmement

et s'il était arrêté ?!

 

La moiteur de la couette m'enveloppe

les yeux fermés je me prends à rêver

que tout est beau

que tout sera beau

que tout a déjà été beau.

Seul le doux battement du coeur de la petite chienne

et la chaleur bienveillante de son corps contre moi

sont des signes de vie.

 

Je suis là, je suis bien,

je n'attends rien de plus

personne n'attend rien de moi

je laisse le temps s'écouler à la pendule de ma vie

il sera toujours temps plus tard de reprendre le fil

des choses banales et ordinaires du quotidien

sans valeur ajoutée,

sans bonheur ajouté.

 

Ma tête enfoncée dans l'oreiller profite de l'accalmie

relâchée détendue et émue de cette trêve

elle aussi.

 

Quelques pensées parasites me traversent le cerveau

je décide de ne pas les suivre

je les laisse filer ailleurs

où elles veulent

je n'ai pas envie de les entendre

je n'ai pas envie de les voir

je n'ai pas envie de les comprendre.

 

Je n'ai envie que de ce moment d'abandon paisible,

de liberté absolue,

tout est en place pour être heureuse

il ne me manque qu'une chose,

tes bras qui m'envelopperaient dans un geste d'amour et de protection.

les années ont passé

il n'y a rien d'autre à ajouter.

 

La magie est rompue

les sifflements de mes oreilles se sont réveillés

mon corps est redevenu douloureux

je sens qu'il est temps de quitter mon cocon

malgré l'ambiance automnale quasi hivernale

qui règne de l'autre côté de mes vitres

un dimanche ordinaire

un dimanche froid et humide

m'attend dès que je serai levée

je ferai avec, la vie est plus forte que tout.

=====




 
Commenter cet article