Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La tortue à plumes

chroniques, littérature, écriture, mots, passion, ateliers d'écriture, organisatrice d'évènements à Colombes

un été tellement été

Publié le 28 Juillet 2018 par la tortue à plumes in PO & ZIE

Il souffle du nord, il souffle du sud
ou peut-être de l'ouest
mais il souffle
il m'agace
il ébouriffe mes cheveux trop fins
les cheveux dans les yeux
je ne vois plus où je vais
tel un voile me cachant le bout de la rue.
 
jamais contente
il ne souffle plus
je me lamente
j'ai chaud
"y'a pas d'air"
pas de souffle sur ma peau
pour sécher la moiteur
comme une seconde peau
tous les pores
tous en mouvement
en alerte maximale
le zéphyr est parti
vers d'autres contrées.
 
ailleurs le vent
un autre vent violent fait rage
les incendies grandissent
s'enflent
détruisent et pire tuent
tout sur leur passage.
 
ici, rien ne bouge
les arbres sont pétrifiés
pas une feuille en émoi
la vie est en apnée
la ville est en apnée
les vapeurs de chaleur
montent du béton
j'entends les bruits du chantier
l'immeuble se construit
sans relâche
je pense aux ouvriers  
 
déjà depuis des semaines
il y a si longtemps que ce n'était pas arrivé
je n'entends plus les oiseaux
ils étaient revenus
ils sont rentrés pour attendre le redoux
on dit bien redoux pour la montagne,
et le redoux en ville ?
pourquoi  serait-ce impossible ?
un redoux du thermomètre
 
il ferait moins chaud
les coeurs se calmeraient
les nuits seraient plus calmes
des vraies nuits
un coucher,
un sommeil,
un réveil
ce n'est pas encore gagné
le soir je voudrais dormir
la nuit je voudrais dormir
que nenni
le sommeil ne vient pas
ou à une heure
qui serait presque pour certains
celle de se lever
pour aller travailler
 
fenêtre ouverte
le ciel à l'horizon
telle Jeanne
j'attends la bise légère

la nuit est arrivée
le noir est de rigueur
les volets se ferment
le ciel disparaît
la brise s'arrête net
je me mets à transpirer
à tourner
me lever
la bataille est perdue
encore une nuit pour rien
 
je ne pourrai pas rêver
rêver les yeux ouverts
n'est pas rêver
comme si je n'avais pas assez chaud
la petite chienne vient se blottir
entre mes jambes
comme pour me retenir
 
je cherche la fraîcheur des draps
je cherche la fraîcheur de ta main
je cherche la douceur du temps
en vain,
je ne trouve rien.
=====
dessin de Claude Simon 1988 - la fenêtre ouverte

dessin de Claude Simon 1988 - la fenêtre ouverte

"bises rafraîchissantes en cet été tellement été mais qui dans nos villes bétonnées manque de souffle léger, un souffle du zéphyr,  pour nous aider à respirer".
=====
Commenter cet article