Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la tortue à plumes

La porte pleure des larmes de bois
le coup de pied de trop,
violent, qui l'a blessée
jusqu'au fond de son âme.
Fatiguée, lassée d'être toujours claquée, poussée, tirée, 
verrouillée, déverrouillée.
 
Elle n'en peut plus
elle sort de ses gonds
elle s'insurge
puis n'en pouvant plus
elle s'ouvre les veines
elle s'emballe
elle défaille
la lymphe coule le long de la paroi
glisse, roule et se répand sur le parquet ciré
ouverture
fermeture.
 
Elle se souvient des jolis moments, si rares,
lorsque le poil soyeux du petit chien, délicatement, la frôle en passant
et lui donne le frisson
c'est son moment de bonheur.
 
Elle voudrait partir
elle voudrait une fois seulement savoir,
voir de l'autre côté de son "elle"
toujours la même face exposée au soleil
elle se sent pâlir
le soleil....
elle se sent défaillir
elle a trop chaud
elle voudrait faire comme l’éventail.
 
Elle envie la porte de verre qui la nargue au fond du couloir
transparence, lumière
les corps nus qui s'y enferment
pourquoi s'enfermer puisqu'elle voit tout ?.
 
L’eau coule
la vapeur nappe la porte
les corps ne sont plus que des silhouettes
elle entend des gémissements
plus loin, elle entend des pas
la paroi de verre miroite et lui envoie ses reflets humides.
 
Bientôt une main douce et amie saisira sa poignée et l'espace d'un instant
la chaleur sur le métal lui fera oublier que jamais elle ne verra de l'autre côté
la porte pleure des larmes de bois
des petits copeaux glissent sur le sol
et partent se cacher dans un lieu secret,
un jour ils seront suffisamment nombreux pour venir la soulever
et exaucer son rêve
voir de l'autre côté du panneau de bois
l'ombre et la lumière.
 
Alors elle séchera ses larmes pour un jour
pour un an
pour mille ans
jusqu'à ce que les vers aient raison de son âme de bois.
=====
ERC ©tous droits réservés

ERC ©tous droits réservés

Commenter cet article