Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la tortue à plumes

Le passé est devant nous et devant moi.
Le passé n’existe plus il n'est qu'une vision déformée de jours abandonnés
il n'est qu'une vision sublimée cataloguée idéalisée d'un temps déjà mort
le passé nous a construit il a été :
parce qu'il devait être
parce qu'il devait en être ainsi
il nous aide aussi à avancer, mais il n'est que le passé alors je regarde devant moi
je regarde aujourd'hui je regarde vers demain vers mon avenir, marche après marche, pas après pas, que ce soit facile ou douloureux
le chemin de l’horizon au loin ce chemin est là
tous les jours je recule l’horizon
tous les jours je fais un pas pour aller un peu plus loin
pour demain pour après-demain pour longtemps pour très longtemps
j'espère que le tapis rouge de ma vie va continuer à se déployer sous mes pas sans trop de petits cailloux pour me blesser les pieds
ma tête espère qu'il n'y aura pas trop d'ornières pour m'enliser me retarder dans mon demain dans mon après-demain
j'espère qu'il n'y aura pas trop de pièges pour entraver mes mouvements et me faire prisonnière
j'espère que devant moi j'aurai encore longtemps et longtemps des kilomètres et des kilomètres de sable blanc, blanc, de sable noir pour y glisser mes pieds pour y glisser mes pas pour que ma vie continue en douceur en souplesse dans la joie et la plénitude
j'espère que mes yeux, mes oreilles, mes jambes, ma tête, mon cœur, ma passion et l’amour me porteront encore et encore sur la route de ma vie
je m'accroche je me cramponne même les jours de ciel gris quand ma tête vagabonde dans des zones interdites, dans des trous d'air ou dans des contrées malfamées.
Quand les mots ne sont plus très clairs et que je n'entends plus bien ce que tu dis et que je ne comprends plus ce que tu dis
tenir, résister, ah lâcher ! ne rien lâcher ! espérer, vivre et vibrer, vivre et aimer, partager donner, parfois recevoir un mot un sourire un encouragement ; non ce n'est pas de la vanité c'est si beau d'être aimé
c'est pourquoi je laisse le passé devant moi,
devant moi, devant moi, comme un écho
pourquoi ? Parce que tu ne pourras jamais me rattraper, mais que moi je pourrai comme lorsqu'on joue avec un élastique, lorsque j'ai besoin de te rejoindre ou te laisser filer parce que je n'ai pas envie de te voir
oui le passé devant moi ; il est mon miroir
mais j'ai le droit de ne pas vouloir le voir ni l’entendre comme un tentateur suranné et médusé de me voir si battante, si vivante. Lui qui me croyait prise à jamais dans ses filets.
=====

 

photo personnelle ERC ©tous droits réservés

photo personnelle ERC ©tous droits réservés

Commenter cet article